Retour

Un refuge pour femmes à Ottawa reçoit 400 000 $ pour améliorer les services de justice familiale

Le gouvernement fédéral a doté le refuge pour femmes Harmony House de 400 000 $ pour améliorer les services de justice familiale et réviser des cours de droit de la famille à l'Université d'Ottawa.

Lorsque Sheila et Liz (CBC a modifié les deux prénoms, car les deux femmes craignent pour leur sécurité) ont cessé d'être dans une relation nocive avec leur conjoint respectif, la partie la plus difficile était censée être derrière elles. Mais pour les deux femmes, se battre avec leur ex-conjoint en cour a été un immense défi.

« Vous vous sentez prises au piège dans une relation, et puis quand vous vous retrouvez dans le système judiciaire, le sentiment est le même », raconte Liz, qui s'est assise devant six juges différents, ces quatre dernières.

« Mon ex a licencié et réembauché des avocats, il s'est aussi représenté lui-même. Il a eu quatre avocats et a demandé des délais à chaque fois... pour prolonger le processus, pour garder le contrôle. Alors votre espoir s'amenuise avec le temps ».

« La cour de justice familiale n'a aucune idée de ce qui se passe », a jouté Sheila.

Pour la directrice du refuge pour femmes, Leighann Burns, les histoires comme celles de Sheila et de Liz arrivent partout au Canada.

Aidé par le financement du fédéral, le refuge doit maintenant étudier le système de justice familiale au Canada et formuler des recommandations.

« Pour les survivants, ils ont besoin d'une aide rapide et concrète pour les problèmes avec lesquels ils doivent faire face et souvent le système de justice prend trop de temps et ne comprend pas très bien la complexité de la situation avec laquelle ils doivent faire face », a expliqué Mme Burns.

Le refuge devra aussi revoir les cours de justice familiale dispensés à l'Université d'Ottawa.

« C'est vraiment un projet ambitieux », a-t-elle conclu.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine