Retour

Un septuagénaire accusé d’incendie criminel à Ottawa

Un homme de 78 ans a été accusé, mercredi, à la suite de deux incendies criminels, qui sont survenus la fin de semaine dernière, à Ottawa.

Gaston Nicholas a été intercepté en fin de journée, dimanche, alors qu'il circulait dans sa voiture sur l'autoroute 417.

Il a été inculpé de deux chefs d'incendie criminel causant des dommages. Il était déjà connu des milieux policiers.

Les deux incidents se sont déroulés, dimanche dernier, dans le sud de la ville. Les deux endroits sont distants d'une quinzaine de minutes en voiture.

La police doit encore déterminer si de l'essence a été utilisée pour commettre ces crimes. M. Nicholas comparaîtra devant les tribunaux en mars.

Les incidents rapprochés

Les pompiers ont d'abord été appelés vers 9 h, au 1248, chemin Walkley, pour combattre les flammes dans une résidence. Un homme aurait été aperçu en train de fuir les lieux à bord d'une camionnette.

Un autre feu d'origine suspecte a éclaté quelques heures plus tard, dans une résidence située au 4100, chemin Leitrim.

Dans les deux cas, personne n'a été blessé, mais les propriétés ont subi des dommages considérables, évalués à 675 000 $ au total.

L'enquête a démontré que le suspect, Gaston Nicholas, est relié aux deux propriétés. Il devait emménager dans la première et quitter la seconde, qu'il habitait depuis 20 ans.

L'individu a été admis à l'hôpital pour recevoir des soins et subir une évaluation psychiatrique. À la suite de cette dernière, les accusations ont été portées, puis l'homme a été libéré.

Un lourd passé

Gaston Nicholas a été reconnu coupable dans les années 1950 pour avoir tué son épouse.

La jeune femme avait 19 ans et était enceinte de plusieurs mois, quand elle est morte noyée lors d'une promenade en canot.

Gaston Nicolas avait 22 ans lorsqu'il a été condamné à une peine de prison. Sa peine avait été rallongée, parce qu'il aurait organisé des émeutes en prison.

Il disait avoir changé au fil des ans. En 2005, un reportage avait été réalisé sur un organisme de bienfaisance venant en aide aux détenus, qu'il avait mis sur pied.

D'après un reportage de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine