Retour

Un sondage confirme le fiasco de la fête du Canada à Ottawa en 2017

La fête du 1er juillet 2017 à Ottawa, dans le cadre des festivités du 150e anniversaire de la Confédération, n'a pas été à la hauteur des attentes de bien des festivaliers. C'est ce qu'indique le sondage effectué pour le compte du ministère du Patrimoine canadien rendu public jeudi.

Un peu plus de la moitié des répondants, soit 54 %, ont indiqué avoir été satisfaits des festivités, comparativement à 86 % en 2015.

Les festivaliers n'ont particulièrement pas apprécié la logistique entourant les activités et les mesures de sécurité qui ont créé de longues files d'attente.

« C’était un événement de grande envergure. La météo n’a pas non plus été avec nous. Ça a causé l'exaspération des gens qui attendaient, en raison des mesures de sécurité qui avaient été resserrées », a réagi la directrice principale du développement pour Tourisme Ottawa, Catherine Callary.

De plus, le sondage montre que la satisfaction des festivaliers pour les activités en général a chuté de façon significative l'an dernier par rapport à 2015.

La proportion des personnes « extrêmement satisfaites » a également baissé de façon importante, passant de 48 % en 2015, à 19 % en 2017.

Le sondage a été réalisé par le groupe conseil Quorus, auprès de 1534 personnes âgées de 16 ans ou plus. Des entrevues ont été réalisées avec ces festivaliers le 1er juillet, puis 679 d'entre eux ont participé par la suite au sondage en ligne.

Des idées pour améliorer la fête

Les répondants à ce sondage ont été invités à donner des suggestions pour améliorer la fête du Canada.

Ils ont été nombreux, soit 74 %, à demander des changements à la logistique. Le tiers des répondants ont précisé qu'il fallait éliminer les files d'attente, tandis que 27 % ont réclamé une meilleure gestion des foules pour améliorer la sécurité et que 12 % ont demandé un meilleur accès aux activités. Quelque 12 % de répondants ont aussi suggéré que la programmation ou les activités soient améliorées.

Pour sa part, Mme Callary est d'avis qu'il faudrait envisager l'organisation d'activités ailleurs que sur la colline du Parlement, au parc Major's Hill et au Musée canadien de l'histoire, pour éviter les engorgements comme ceux qui sont survenus l'été dernier.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les pires inondations





Rabais de la semaine