Une trentaine de joueurs de partout en Amérique du Nord sont à Ottawa cette fin de semaine pour le Tournoi canadien régional de l'est de hockey aveugle.

Stuart McGregor participe à ce tournoi qui se tient pour la première fois dans la capitale fédérale.

Quand il a sauté sur la glace du Centre RA samedi après-midi, l'homme aveugle de 37 ans ne savait pas à quoi s'attendre.

« C'était vraiment rapide, et d'une grande intensité. La rondelle se déplaçait très rapidement, beaucoup plus vite que prévu », explique Stuart McGregor, qui n'a plus qu'environ 10 % de vision périphérique dans chaque œil et jouait pour la première fois.

Du Canada et des États-Unis

Les joueurs de Toronto, Vancouver, Chicago et New York sont dans la ville pour la compétition de deux jours et de trois matchs mis sur pied par l'Association canadienne de hockey aveugle.

Le hockey aveugle se joue entre des athlètes qui n'ont pas plus de 10 % de leur vision. Ceux qui ont une meilleure vision jouent à l'avant, tandis que ceux avec peu de vision sont généralement défenseurs ou même, dans le cas des joueurs qui sont complètement aveugles, gardiens de but.

« Si vous êtes un gardien de but, vous n'avez qu'à vous occuper de votre filet. Votre écoute est accentuée », croit Mark Bentz, vice-président de l'Association.

La rondelle est également plus grosse que la taille régulière, soit près de 14 centimètres de diamètre et 5 centimètres de largeur. Elle contient aussi des billes qui cliquettent, alertant les joueurs de ses déplacements sur la glace.

Les filets sont plus petits, et les joueurs doivent compléter une passe dans la partie adverse de la patinoire, ce qui laisse aux défenseurs une occasion supplémentaire pour suivre la rondelle.

Selon CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine