Retour

Une adolescente de l'Est ontarien victime d'intimidation se suicide

Les communautés de Casselman et de Hawkesbury, dans l'Est ontarien, sont sous le choc après le suicide, jeudi, d'une élève de l'École secondaire catholique régionale de Hawkesbury. L'adolescente de 16 ans a enregistré une vidéo dans laquelle elle explique que l'intimidation l'a amenée à s'enlever la vie.

Dans l'enregistrement, qu'a pu visionner Radio-Canada, l'adolescente affirme avoir été traitée de noms à de multiples reprises. Elle dit également avoir été abandonnée par certains de ses proches.

« Elle était trop trop une bonne amie pour avoir tout ça », confie, en pleurs, son amie Tiffany Beckford.« Je ne comprends pas pourquoi les personnes faisaient ça. »

Jean-Guy Cummings ne comprend pas non plus pourquoi son amie, dont nous taisons le nom, était la cible d'intimidateurs.

« Elle était vraiment une fille active », dit-il. « Je ne sais pas pourquoi le monde ont pris avantage sur elle pour l'intimider. »

Elle avait changé d'école

Au cours des dernières années, l'adolescente avait fréquenté les écoles secondaires publique et catholique de Casselman. Elle était victime d'intimidation autant à l'école, qu'en dehors.

« Souvent, ça peut être des choses qui sont cachées », souligne le surintendant de l'éducation et responsable du bien-être et de la sécurité au Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario (CEPEO), Matthieu Vachon.

« [Il faut] être vigilant pour voir ce qui se passe au niveau de l'école, de développer des liens avec nos élèves de façon à ce qu'ils se sentent en confiance d'approcher un adulte lorsqu'ils ressentent des choses. »

Pour sa part, le Conseil scolaire de district catholique de l'Est ontarien (CSDCEO), que fréquentait l'adolescente, indique offrir de l'aide professionnelle à ses élèves et à son personnel.

« Le CSDCEO offre des programmes et des services dans toutes ses écoles afin d'assurer le bien être des élèves et un climat scolaire positif », peut-on lire dans un communiqué du Conseil scolaire. « Nous encourageons les parents à discuter ouvertement avec leurs enfants suite au décès. »

Le Conseil scolaire souligne que le suicide de l'élève ne s'est pas produit à l'école et que la Police provinciale de l'Ontario (PPO) a été saisie du dossier.

Avec les informations de Denis Babin, Emilie Beaulieu et Mireille Langlois

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un pilote frôle le sol





Rabais de la semaine