Retour

Une application à la Airbnb pour trouver plus facilement un stationnement à Ottawa

Une nouvelle application promet de faciliter la vie des automobilistes à la recherche d'un espace de stationnement à Ottawa. CityParking permet aux citoyens de louer leur entrée de cour à ceux qui cherchent un endroit pour garer leur voiture.

L'entreprise en démarrage de Montréal utilise un modèle similaire à celui d'Uber et d'Airbnb. Les propriétaires peuvent louer leur stationnement à un taux horaire et les utilisateurs peuvent réserver cet emplacement plusieurs semaines à l'avance.

Le fondateur de CityParking, Amin Dada, croit qu'il y a une forte demande pour ce service dans la capitale fédérale, en particulier dans certains quartiers comme le Glebe les soirs de matchs du Rouge et Noir à la Place TD.

Il connaît bien le genre de problèmes créés par l'afflux massif d'automobilistes dans un secteur, lui qui demeurait près du Centre Bell, à Montréal. Il était constamment sollicité pour prêter son espace de stationnement.

« Je conduisais aussi dans d'autres endroits et je me cherchais un stationnement. Je voyais beaucoup d'espaces disponibles, mais je ne pouvais pas y avoir accès parce qu'ils étaient privés », raconte Amin Dada. « C'est à ce moment-là que j'ai réalisé qu'il y avait une façon de résoudre le problème et de fournir un stationnement pour tous à une fraction du coût. »

Une pratique illégale

Pour le moment, il n'y a que deux propriétaires à Ottawa qui louent ainsi leur entrée de cour. Le règlement municipal interdit cette pratique, à moins d'obtenir un permis au coût de 15 000 $.

L'amende pour les contrevenants peut atteindre 5000 $. Mais si cette punition est salée, elle ne décourage pas Kevin Monroe, qui offre son stationnement ottavien sur CityParking.

« Quelqu'un doit être le premier à le faire pour forcer le changement. Donc nous serons les premiers si c'est ce qu'il faut faire », mentionne-t-il.

CityParking promet de travailler avec la Ville d'Ottawa pour trouver un terrain d'entente.

« On ne sera pas aussi arrogant qu'Uber. On va faire comme à Montréal et être ouvert à négocier », affirme le gérant de l'entreprise, Simon Benoît Bretchko.

Le conseilleur municipal du quartier Capitale, qui inclut le Glebe, apprécie la démarche de la compagnie montréalaise, mais croit tout de même que la solution n'est pas de favoriser la circulation automobile dans son quartier, en particulier les jours de matchs.

« On ne veut pas encourager plus d'automobilistes dans le quartier. C'est bien que les gens viennent, c'est pour ça qu'on a tout fait pour promouvoir le transport en commun », indique David Chernushenko, en rappelant que, depuis trois ans, la Municipalité encourage les partisans du Rouge et Noir à laisser leur voiture à la maison lorsqu'ils vont voir un match.

D'après le reportage du journaliste Jérémie Bergeron

Plus d'articles

Commentaires