Retour

Une application pour faire bouger les enfants dans un parc de Gatineau ne fait pas l'unanimité

La Ville de Gatineau a choisi de retirer une affiche faisant la promotion d'une application pour téléphones intelligents dans le parc Sainte-Thérèse, dans le secteur de Hull, le temps d'analyser cette nouvelle technologie installée sans son autorisation.

L'application Biba fonctionne avec une structure de jeux, grâce à des pictogrammes. La Ville affirme avoir reçu une plainte au sujet de l'affiche.

La Municipalité avait lancé un appel d'offres pour essayer cette application dans un de ses parcs.

L'entreprise qui a obtenu le contrat, Techsport, n'avait pas eu la permission d'installer une affiche promotionnelle, selon des précisions apportées par le Service des communications de Gatineau.

« Cet équipement n’était ni demandé ni évalué dans le cadre de l’appel d’offres pour la fourniture de structures de jeu pour les enfants de 18mois à 5ans et il n’était pas mentionné dans les documents soumis par Techsport », peut-on lire dans le courriel de précision du Service des communications de Gatineau.

La Ville précise que l'affiche a été retirée du parc Sainte-Thérèse le temps d'analyser la nouvelle application, qui vise à faire bouger les tout-petits à travers la structure et les incite à aller cueillir des os de dinosaures, par exemple, ou des papillons imaginaires, pour gagner des points.

Ce sont les parents des enfants qui utilisent l'application et qui guident leurs tout-petits, mais l'enfant doit parfois toucher l'écran.

Julie Mailloux, une mère de famille rencontrée au parc avec son enfant, déplore l'initiative.

Des parents croient qu'il ne faut pas faire la promotion des téléphones intelligents lorsque les enfants jouent à l'extérieur.

« C'est un défi d'inciter les enfants à décoller des écrans, que ça soit la télé, les téléphones, les tablettes, de les inciter à jouer dehors puis à se dépenser physiquement », rappelle Mme Mailloux.

Le conseiller du district du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau, Jocelyn Blondin, a pris connaissance de la plainte.

M. Blondin comprend l'objectif derrière celle-ci, mais il défend le geste de la Ville.

Pour la sociologue Diane Pacom de l'Université d'Ottawa, la Ville a bien fait de retirer la promotion de l'application en attendant les résultats de l'analyse.

Le service des loisirs de la Ville de Gatineau doit se pencher sur la question dans les prochains jours.

Avec les informations de Laurie Trudel

Plus d'articles