Retour

Une Commission des services policiers sous haute tension

La Commission des services policiers d'Ottawa a siégé, lundi, alors que les tensions au sein des services ont atteint un sommet la semaine dernière, ce qui préoccupe la haute direction du Service de police d'Ottawa (SPO).

De nombreux agents se sont présentés à cette rencontre, un nombre rarement vu. Par ailleurs, si le chef du SPO, Charles Bordeleau, consacre habituellement du temps pour les journalistes avant cette rencontre, il ne l'a pas fait, cette fois-ci.

Monsieur Bordeleau a débuté son discours en assurant qu'il allait discuter des enjeux visibles dans les médias depuis plusieurs semaines et il réitère que les policiers se sentent constamment surveillés par les médias sociaux et traditionnels ainsi que par les craintes du public.

Cinq meurtres, 15 fusillades, et il reste encore neuf mois avant la fin de l'année. À ce rythme, Ottawa enregistrera de nouveaux records de crimes graves.

C'est déjà beaucoup de préoccupations sur la table de travail du Chef Charles Bordeleau.

S'ajoute maintenant à cela des critiques de sa chefferie de la part de plusieurs agents, qui estiment que les patrouilleurs ne sont pas valorisés au sein de l'organisation.

Un processus de consultation est en cours. Le chef assure donc que les agents seront écoutés.

Par ailleurs, la semaine dernière, l'Association des policiers d'Ottawa a souhaité la démission du président de la Commission des services policiers d'Ottawa, mais Eli El-Chantiry a refusé cette demande.

Selon les informations de Stéphane Leclerc

Plus d'articles

Commentaires