Retour

Une décision américaine sur les Salvadoriens suscite des craintes à Ottawa

Des résidents de la région de la capitale nationale qui sont originaires du Salvador s’inquiètent de la décision de l’administration Trump, aux États-Unis, de mettre fin au programme de protection temporaire des ressortissants salvadoriens.

Le département américain de la Sécurité intérieure a annoncé, la semaine dernière, que les ressortissants salvadoriens avaient jusqu'au 9 septembre 2019 pour quitter les États-Unis ou encore trouver une façon de régulariser leur statut.

Guy Farley, un résident de la région d'Ottawa dont la conjointe est originaire du Salvador, explique que son beau-frère et sa famille font partie des ressortissants qui se trouvent actuellement aux États-Unis. Ils se trouvent dans l’incertitude et s’inquiètent pour leur avenir.

« Je suis triste parce que les gens travaillent fort pour leur famille. Et ces gens qui sont menacés de déportation aux États-Unis envoient beaucoup d’argent à leur famille au Salvador », souligne de son côté David Florès, un résident d’origine salvadorienne.

« Je ne sais pas comment ils vont faire pour survivre sans ça », souligne-t-il.

« Je ne crois pas que le Salvador est sécuritaire. Personnellement, je ne voudrais pas habiter là », souligne de son côté l’Ottavienne Jessica Perez, qui est d’origine salvadorienne, mais qui est née au Costa Rica.

Un représentant du Canada, le député libéral Pablo Rodriguez, s’est d’ailleurs rendu en Californie, dimanche, afin de dissuader les Salvadoriens des États-Unis de tenter de venir au pays. Le Canada veut éviter une autre vague de migrants comme celle des demandeurs d’asile haïtiens en provenance des États-Unis.

Avec les informations de Claudine Richard

Plus d'articles