Retour

Une évaluation psychiatrique demandée pour Marc Bellfoy

L'homme sans-abri qui a agressé une adolescente derrière l'aréna Robert-Guertin, en mars dernier, devra subir une évaluation psychiatrique. Marc Bellfoy, 49 ans, a comparu au palais de justice de Gatineau, vendredi matin, après avoir plaidé coupable à plusieurs accusations.

Il sera évalué à l'Institut Philippe-Pinel de Montréal, à la demande du juge. L'avocat de M. Bellfoy, Marino Mendo, approuve cette décision.

« Selon mon évaluation du dossier, l’évaluation peut être bénéfique pour la défense, ce pour quoi nous y avons consenti », a-t-il exprimé à sa sortie du tribunal.

M. Bellfoy doit revenir en cour pour connaître sa peine le 8 mars prochain.

Le père de la victime soulagé

Présent à la comparution, le père de la jeune victime, que nous ne pouvons identifier en raison de l'âge de celle-ci, s’est dit satisfait de la décision du juge.

« Ça va permettre d’évaluer l’accusé et d’éviter que d’autres vies soient détruites », a-t-il fait valoir.

Qualifiant les gestes de l’accusé d’impardonnables, l’homme a néanmoins dit faire confiance à la justice.

Poignarder une adolescente 18 fois, c’est plus que brutal. Il n’y a pas de mot pour décrire cela.

Le père de la victime attaquée par Marc Bellfoy

Si sa fille se porte mieux aujourd’hui, elle demeure aux prises avec les douloureux souvenirs de l’agression.

« Ça a été très dur pour nous. Mais je ne peux pas imaginer ce que ça peut être pour ma fille. Ça a dû être épouvantable », a indiqué le père.

Rappel des faits

Les faits reprochés à M. Bellfoy se sont déroulés à l'arrière de l'aréna Robert-Guertin, sur le sentier longeant l'autoroute 50.

La jeune victime avait subi de graves blessures et avait eu la vie sauve grâce à l'intervention d'un enseignant de l'École secondaire de l'Île.

En novembre, M. Bellfoy a reconnu sa culpabilité à plusieurs accusations, dont celles d'agression sexuelle grave et d'agression sexuelle armée.

La Couronne a abandonné l'accusation la plus grave qui pesait contre lui, soit celle de tentative de meurtre.

L'homme, qui résidait au Gîte Ami au moment des faits, s'est retrouvé une douzaine de fois devant le tribunal jusqu'à ce jour.

Plus d'articles

Commentaires