Retour

Une excellente saison pour les Olympiques de Gatineau : entrevue avec Benoît Groulx

Les Olympiques de Gatineau n'ont plus que deux matchs à disputer en saison régulière. Ils se mesureront en première ronde des séries éliminatoires aux Remparts de Québec. À l'aube de la danse printanière, Benoît Groulx revient sur la saison de son équipe. L'entraîneur-chef des Olympiques en profite aussi pour parler de son avenir, de l'état du Centre Robert-Guertin, ainsi que de l'objet de sa fierté, son fils Benoît-Olivier.

1) Une saison régulière réussie pour les Olympiques, un chant de cygne pour Groulx?

Les Olympiques ont connu une excellente saison 2015-2016. Avec seulement deux parties à faire au calendrier, les Gatinois montrent la cinquième meilleure fiche de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), avec 45 victoires en 66 rencontres.

L'équipe n'a jamais remporté la Coupe Memorial sous les ordres de Groulx, remise à la meilleure équipe junior au Canada. Le contexte actuel rend sa conquête encore plus difficile, selon Benoît Groulx. Mais le pilote des Olympiques espère quand même toucher au trophée, avant de quitter le hockey junior.

Groulx ne s'en cache pas : il souhaite faire le saut dans la Ligue nationale de hockey (LNH), dès que possible. Sera-t-il de retour l'an prochain avec les Olympiques? Difficile à dire à ce moment-ci pour celui qui s'est joint aux Olympiques en 2001. Il a quitté l'organisation pendant deux saisons, le temps d'un saut chez les professionnels, avec les Americans de Rochester dans la Ligue américaine.

2) Le Centre Robert-Guertin : pas à la hauteur des Olympiques

Les Olympiques méritent mieux que de jouer dans un aréna comme le Centre Robert-Guertin. C'est ce que croit Benoît Groulx, qui sillonne les amphithéâtres abritant une équipe de hockey junior un peu partout au Québec et au Canada.

Il croit qu'un meilleur édifice permettrait d'attirer plus de partisans aux parties des Olympiques.

3) Et fiston dans tout ça?

Groulx a le hockey dans le sang et il a transmis sa passion à son fils, Benoît-Olivier. Ce dernier est pressenti comme premier choix du prochain repêchage de la LHJMQ, en juin.

L'attaquant de 16 ans a inscrit 21 buts et récolté 30 mentions d'assistance en 41 matchs avec l'Intrépide de Gatineau, à sa première saison dans le Midget AAA.

Quand on est l'un des meilleurs entraîneurs de l'histoire du circuit Courteau, est-ce possible d'être seulement un père en regardant sa progéniture sur la glace? Benoît Groulx se fait très candide lorsqu'il parle de son fils.

Plus d'articles

Commentaires