Retour

Une femme décrit la détérioration de sa relation avec un présumé meurtrier

Une résidente d'Ottawa qui aurait été protégée par Michael Wassill le jour du meurtre de ce dernier a poursuivi son témoignage, lundi, au palais de justice d'Ottawa. Elle a soutenu que sa relation avec l'accusé s'était envenimée parce qu'il lui réclamait l'argent qu'elle gagnait comme danseuse nue.

La femme, dont l’identité fait l’objet d’un interdit de publication, a ainsi décrit sa relation avec Carson Morin, 24 ans, au quatrième jour du procès de ce dernier pour meurtre au premier degré.

Michael Wassill, 20 ans, a perdu la vie à la suite d’une agression à son domicile du croissant Fernleaf, dans le quartier Orléans, en mai 2013. La Couronne soutient que la victime tentait de protéger la femme lorsque M. Morin se serait présenté à sa résidence avant de lui trancher la gorge.

La femme a raconté que Carson Morin l’avait aidée à obtenir un emploi de danseuse nue dans le club où la sœur de ce dernier travaillait.

Elle gagnait de 400 $ à 800 $ par quart de travail, un montant qu’elle remettait à l’accusé. Il plaçait l’argent dans un coffre-fort auquel lui seul avait accès.

En retour, celui-ci la conduisait au travail et lui avait permis d’emménager dans sa copropriété.

La témoin a affirmé avoir eu des relations sexuelles avec l’accusé, mais que le lien avec lui s’est détérioré lorsque celui-ci a commencé à avoir une liaison avec une autre femme.

Dans son témoignage, la femme a affirmé avoir confronté Carson Morin à ce sujet. En mai 2013, il lui a envoyé un texto disant : « Je ne suis pas ton homme. Nous faisons des affaires, souviens-toi. Alors, tais-toi et fais de l’argent ».

En cour lundi, la femme a soutenu qu’elle avait décidé un soir de garder son salaire parce qu’elle en avait assez de se sentir exploitée.

C’est alors qu’il aurait déchiré son sac à main et versé le contenu de celui-ci sur le sol à la recherche de l’argent.

Dans son témoignage, la femme a ajouté qu’elle avait envoyé un texto à Wassill lui disant qu’elle voulait retrouver son ancienne vie.

En réponse, celui-ci lui aurait dit de quitter M. Morin et de venir se réfugier chez lui. Il a terminé son message en écrivant : « Sois forte. Je t’aime comme une amie. »

La femme s’est effondrée en larmes lorsque la Couronne a lu ce message en cour lundi. L’audience a alors été ajournée.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine