Une grande fête des Acadiens a été organisée mardi soir à Ottawa. Le traditionnel Tintamarre du 15 août a pris une ampleur plus importante dans le cadre du 150e anniversaire de la Confédération.

« Ce qui est vraiment l'fun cette année, c'est l'idée d'inviter tout le monde, Québécois, Franco-Ontariens, Canadiens issus de l'immigration, anglophones, à se joindre à nous pour le spectacle et le Tintamarre », a souligné Marie-Hélène Eddie, membre du conseil d'administration de l'Association acadienne de la région de la capitale nationale, en entrevue à l'émission Sur le vif.

Dès 18 h, à l'instar de plusieurs communautés acadiennes au pays, des citoyens voulant célébrer la fête nationale des Acadiens se sont réunis sur la colline du Parlement pour un Grand Tintamarre. Ils ont marché en faisant du bruit jusqu'au parc Jacques-Cartier, à Gatineau, afin d'assister à partir de 20 h à un spectacle musical réunissant notamment Rock Voisine et Kevin Parent.

« L'Acadie, c'est une grande famille. Il y en a des "pure laine" et des moins "pure laine". On se rejoint tous quelque part », a exprimé le chanteur Rock Voisine.

Une culture bien vivante

Le premier Tintamarre a lieu le mercredi 10 août 1955, à Moncton, au Nouveau-Brunswick. On souligne alors le bicentenaire de la déportation des Acadiens de 1755. Environ 5000 personnes participent bruyamment à l’événement que couvre Radio-Canada dans une émission spéciale.

En 2017, les Acadiens célèbrent toujours le fait qu'ils sont « encore là », selon Mme Eddie.

« Les Acadiens se battent beaucoup pour les services en français, le bilinguisme, l'affichage en français. Il y a beaucoup d'éducation à faire auprès des anglophones pour faire comprendre notre cause. Toutes des choses qu'on a en commun avec d'autres francophones du pays », a indiqué Mme Eddie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine