Retour

Une guêpe chinoise pour combattre l'agrile du frêne

L'agrile du frêne aurait-elle trouvé une ennemie naturelle? Le gouvernement fédéral a récemment approuvé l'utilisation d'une guêpe chinoise qui pond ses oeufs directement dans les larves de l'agrile.

Des équipes de scientifiques ont commencé à introduire la Tretastichus planipennisi dans la région de la capitale nationale.

La larve de la guêpe chinoise a comme particularité de se nourrir des oeufs de l'agrile du frêne avant d'éclore. La nouvelle guêpe répète alors le cycle en allant pondre à son tour ses oeufs dans d'autres oeufs d'agrile explique, l'entomologiste Barry Lyons, du ministère des Richesses naturelles du Canada.

Le gouvernement canadien a donné son accord à l'introduction de deux types de guêpes : la première, utilisée depuis deux ans, attaque les larves de l'agrile du frêne alors que la seconde s'en prend plutôt aux oeufs de l'insecte parasitaire.

Des attentes modestes

Si les guêpes chinoises sont le tout nouvel outil pour combattre l'agrile, les attentes, elles, demeurent modestes.

« On ne s'attend pas à éliminer l'agrile du frêne à 100 % avec ces guêpes. On pourra parler de succès si on arrive à contenir la population d'agrile et à sauver des arbres », résume Sean Barker, directeur de l'entreprise Eastearn Ontario Arborists, qui lutte contre le parasite à Ottawa.

Si la guêpe chinoise ne pique pas les humains, elle pourrait toutefois s'attaquer à d'autres espèces d'insectes que l'agrile, ce qui inquiète l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Barry Lyons soutient pourtant que les avantages reliés à l'utilisation des guêpes dépassent de loin les risques.

Le ministère des Richesses naturelles suivra de près l'efficacité des guêpes au cours des prochains mois en espérant voir diminuer la population d'agrile du frêne.

Plus d'articles

Commentaires