Après la pause estivale, les hostilités ont repris à Queen's Park avec le début de la session parlementaire. Le grand thème? Les coûts d'électricité dans la province. C'est une préoccupation pour les Ontariens; les factures particulièrement élevées ces dernières années font souvent grincer des dents.

Un billet de Julie-Anne Lamoureux

Bien sûr, les prochaines élections générales auront lieu au printemps 2018, mais on dirait bien qu'à mi-mandat, ça s'active de plus en plus pour préparer le terrain au prochain scrutin.

L'annonce du remboursement de la portion provinciale de la TVH sur les factures d'électricité tombe à point pour un gouvernement qui tire de l'arrière dans les sondages. L'idée, c'est de montrer aux Ontariens que le gouvernement reconnaît que les factures représentent un fardeau pour les consommateurs et qu'il veut l'alléger.

Le problème, c'est qu'on ne sait pas pour combien de temps ce remboursement sera appliqué. La première ministre Kathleen Wynne a affirmé que ce serait permanent, mais le ministre des Finances Charles Sousa n'a pas voulu le confirmer. Il a simplement dit qu'il serait maintenu aussi longtemps que possible. La mesure coûtera un milliard de dollars annuellement. Est-ce qu'on se garde une marge de manoeuvre?

La première ministre Kathleen Wynne indique qu'elle n'est qu'en mode « implantation de son plan » et non pas en mode électoral. Pourtant, son gouvernement travaille sur un plan à long terme qui dépasse le mandat actuel. Les 160 milliards de dollars promis en investissements dans les infrastructures sont répartis sur 12 ans. Les 100 000 nouvelles places en garderie annoncées dans le discours du trône ne seront créées qu'à partir de l'année prochaine pour les 5 années suivantes. C'est donc dire que les grandes lignes de la prochaine plateforme électorale libérale sont déjà connues.

Ce seront chose certaine des promesses que les libéraux mettront de l'avant dans les deux élections partielles à venir: dans Ottawa-Vanier pour remplacer la libérale Madeleine Meilleur et dans Niagara-Ouest-Glanbrook pour remplacer le progressiste-conservateur Tim Hudak qui quitte la politique cette semaine. Après la commotion causée au début du mois par leur défaite cuisante dans Scarborough-Rouge River, les libéraux vont miser sur des promesses qui aideront le quotidien des familles et des consommateurs.

Où sont les priorités pour les francophones?

Les francophones bénéficieront du remboursement de 8% de leur facture d'électricité et auront accès à plus de places en garderie. Le discours du Trône s'adresse à tous les Ontariens, disait plus tôt Kathleen Wynne.

Mais il ne comprenait rien sur le projet d'université de langue française dans le centre sud-ouest de la province ou sur la révision de la Loi sur les services en français, deux demandes cruciales de la communauté francophone. Ça ne veut pas dire que ça ne fait pas partie de nos priorités, dit le gouvernement. Il fallait pourtant voir la déception lundi après-midi du Commissaire aux services en français François Boileau après le discours du Trône.

Le gouvernement assure que des annonces excitantes s'en viennent, notamment au sujet de l'université de langue française. À temps pour les prochaines élections?

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine