Retour

Une nouvelle unité d’intervention en santé mentale voit le jour à Gatineau

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) s'unit au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais afin de créer une nouvelle unité qui veillera à intervenir auprès des personnes dont l'état mental est en crise.

L’Unité d’intervention de crise (UNIC) sera composée de huit policiers et de quatre intervenants sociaux, qui travailleront de concert et auront le mandat d’intervenir rapidement et directement auprès d’individus en crise.

En conférence de presse, mercredi, le président directeur-général du CISSS de l’Outaouais, Jean Hébert, et le directeur du SPVG, Mario Harel, ont insisté sur l’importance d’avoir une approche adaptée aux cas de santé mentale.

Les interventions de cette nature représentent d’ailleurs une partie importante du travail des policiers de Gatineau, qui y ont consacré plus 5225 heures en 2016. Selon les données colligées par le SPVG, près de 4 % des appels entraient dans cette catégorie.

Augmenter les connaissances en santé mentale

Le directeur du SPVG, Mario Harel croit que cette approche collaborative permettra aux policiers d’être davantage outillés pour intervenir auprès des gens en crise. « En travaillant en équipe, nos policiers augmenteront leurs connaissances en matière de santé mentale, tout en permettant aux intervenants sociaux d’avoir un point de vue privilégié sur les interventions policières de cette nature », a-t-il expliqué, par voie de communiqué.

Grâce à cette nouvelle initiative, le CISSS et le SPVG espèrent notamment éviter la judiciarisation des personnes dont l’état mental est jugé perturbé ou en crise.

L’Outaouais est la troisième région au Québec à se doter d’une telle unité, après l’Estrie et Montréal.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine