Retour

Une partie du campus d’Alfred déclarée excédentaire

Le gouvernement de l'Ontario a récemment déclaré excédentaire une partie du campus d'Alfred, dans l'Est ontarien. Ce n'est toutefois pas une surprise, puisque la province avait déjà manifesté son intention d'inventorier et de vendre les édifices scolaires qui sont sous-utilisés ou excédentaires.

Un texte de Denis Babin

On a appris la semaine dernière qu’aucun ministère ne s’est montré intéressé à faire l’acquisition de la partie excédentaire du campus, située dans la portion nord-ouest des terrains.

La balle est maintenant dans le camp d’un groupe composé de la Société de développement communautaire de Prescott-Russell (SDCPR), du collège francophone La Cité, de l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) et de l’Académie entrepreneuriale de Prescott-Russell. Ces derniers tentent de redonner un second souffle au campus.

Plusieurs mois pour négocier

Les cinq partenaires régionaux, qui ont présenté au gouvernement ontarien un plan d’affaires en janvier dernier, bénéficient d’une période allant jusqu’à la fin du mois de septembre pour négocier avec la province.

« Nous avons une date de tombée que nous n’avions pas avant. C’est peut-être une bonne affaire. C’est peut-être une mauvaise affaire. Mais au moins, on sait sur quel pied danser », explique le maire d’Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire, qui sollicite l’appui moral des autres maires de la région dans ce dossier.

La propriété aliénée par le gouvernement ontarien comprend entre autres le bâtiment administratif. Selon un rapport qui date de 2010 faisant état des installations, cet édifice aurait nécessité, à lui seul, des travaux de réfection frôlant les 3,5 millions de dollars au cours des neuf dernières années. Mais ces recommandations n’ont jamais été suivies à la lettre.

Le secteur privé courtisé

Autrement dit, les prochains propriétaires de l’endroit devront offrir des garanties financières. Le plan d’affaires présenté au gouvernement ontarien plus tôt cette année en tient compte.

« Nous avons présenté un nouveau concept à la province, qu’ils ont bien aimé. Mais il suffit de le peaufiner, de démontrer l’impact que nous allons avoir avec le secteur privé dans le projet », indique le directeur général de la Société de développement communautaire de Prescott-Russell, John Candie.

Les pourparlers entre la province et les cinq partenaires régionaux se poursuivront lors d’un sommet sur les carrefours communautaires qui se tiendra à Toronto la semaine prochaine.

Plus d'articles

Commentaires