Les amateurs et collectionneurs de disques vinyles ont été nombreux, dimanche après-midi, au Petit Chicago dans le Vieux-Hull pour la première foire du vinyle tenue à Gatineau, démontrant un regain de popularité pour ce support musical.

Près de 2000 disques d'occasion étaient mis à la disposition du public, une occasion pour les mélomanes de faire des trouvailles.

« Avec le vinyle, on va le poser sur sa table tournante, s'assoir sur son sofa et l'écouter en entier. Aujourd'hui, avec Spotify et [Apple Music] on a tendance à écouter une chanson à la fois, des fois on écoute une chanson 45 secondes. On écoute rarement un album en entier », a expliqué Tristan Arnaud, propriétaire du Petit Chicago.

Laurent Cérat, copropriétaire de Vinyle Scène, qui offre une série de vinyles de plusieurs genres musicaux à même le Petit Chicago depuis octobre 2017, croit que les gens ont un besoin de se réapproprier la musique.

« Peu à peu, le vinyle se réapproprie la place qu'il n'aurait jamais dû quitter, parce que les gens ont besoin de se réapproprier la musique à travers différents artistes qui ont marqué les époques », a-t-il dit.

Par ailleurs, de nouveaux artistes émergents utilisent le vinyle pour diffuser leur musique.

M. Arnaud promet une deuxième édition de la foire.

« C'est sûr qu'on va en faire une à l'été. L'idée, ce serait d'en faire trois à quatre fois par année », a-t-il fait savoir.

Les organisateurs de l'événement ont profité de l'occasion pour faire une collecte de fonds pour l'organisme Itinérance zéro avec les profits recueillis sur la vente de certains disques, ainsi que par la location des tables aux vendeurs.

Avec les informations de Marie-Ève DuSablon et de l'émission Sur le vif

Plus d'articles