Retour

Une première heure de grève pour les professeurs de l'UQO

Les professeurs de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) ont exercé des moyens de pression pendant une heure, mercredi matin, eux qui sont sans contrat de travail depuis plus de deux ans.

Le Syndicat des professeures et professeurs de l'Université du Québec en Outaouais (SPUQO) a tenu une grève de 8 h 30 à 9 h 30 sur le campus Alexandre-Taché à Gatineau.

Les membres du Syndicat n'ont pas empêché les étudiants ni le personnel d'accéder au stationnement ou à l'édifice de l'UQO. La direction avait laissé savoir aux étudiants que les cours étaient maintenus, malgré le débrayage d'une heure.

Les quelque 250 membres du syndicat ont récemment adopté un mandat de grève d'une durée de 10 heures, qui seront réparties du 8 janvier au 9 février.

Le contrat de travail des professeurs de l'UQO est échu depuis avril 2015. La dernière offre patronale datant du 7 décembre a été rejetée par plus de 85 % des membres. Un conciliateur s'occupe de ce dossier depuis décembre 2016.

Selon la présidente du Syndicat, Louise Briand, les revendications salariales pour une parité avec les professeurs de l'Université du Québec à Chicoutimi figurent parmi les points en litige. Le Syndicat veut également consolider les conditions de travail pour les employés sur le campus de l'UQO à Saint-Jérôme.

De plus, le nombre d'étudiants par groupe-cours est également en jeu, alors que la direction voudrait plus d'étudiants par classe. Les professeurs veulent que la moyenne actuelle de 35 étudiants soit maintenue.

Une rencontre de conciliation a eu lieu lundi et une autre est prévue le 22 janvier. À la direction de l'UQO, on espère toujours arriver à une entente négociée, a fait savoir le directeur des communications et du recrutement de l'Université, Gilles Mailloux.

Une autre grève à l'horizon

Rappelons que les chargés de cours pourraient aussi déclencher une grève. Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQO, qui détient un mandat pouvant aller jusqu’à une grève générale illimitée, n’entend toutefois pas l’exercer avant la première journée de conciliation prévue le 21 janvier.

« Il faudrait que ça aille vraiment mal dimanche pour qu'on ait une journée de grève lundi. […] Ce serait davantage après la prochaine fin de semaine des 26, 27, 28 [janvier] », souligne la présidente du Syndicat, Marie-Josée Bourget.

La direction de l'UQO dit aussi avoir espoir d'en arriver à une entente négociée dans ce dossier.

Avec les informations de Claudine Richard

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards