Retour

Une réforme des libérations sous caution pour régler la surpopulation à Ottawa-Carleton ?

Des avocats et des défenseurs des droits des détenus dans les centres de détentions estiment que des failles dans le système de cautionnement sont à l'origine des problèmes de surpopulation au centre de détention d'Ottawa-Carleton.

Au cours des derniers mois, l'établissement a notamment fait les manchettes à plusieurs reprises en raison de problèmes de surpopulation et des conditions de détention. 

Un groupe de travail provincial a été mis sur pied le mois dernier pour trouver des solutions aux problèmes dans cet établissement. Les recommandations devraient être dévoilées cette semaine.

Présentement, près du tiers des détenus de l'Ontario sont dans un centre de détention en attendant la tenue de leur procès. Ils n'ont donc pas été reconnus coupables.

Selon certains intervenants, il devrait être beaucoup plus facile pour les personnes accusées de crimes non violents d'être libérées sous caution, et d'attendre leur procès dans la communauté plutôt que derrière les barreaux.

Michael Spratt, un avocat de la défense, explique que des changements à la loi obligent maintenant les accusés à justifier pourquoi ils devraient être relâchés, plutôt que d'obliger la Couronne à démontrer pourquoi ils devraient être incarcérés.

Selon lui, les façons de faire actuelles ne sont pas les plus économiques et n'améliorent pas la sécurité du public.

« Nous ne pouvons pas nous permettre un système judiciaire où nous emprisonnons tout le monde [traduction libre] », déplore de son côté Bryonie Baxter, directive administrative de la Société Elizabeht Fry d'Ottawa.

Dans une déclaration envoyée à CBC, le bureau du procureur général de l'Ontario dit travailler présentement à développer une stratégie pour répondre aux défis reliés aux libérations sous caution et aux détentions provisoires.

D'après CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine