Retour

Une rencontre pour éviter d’autres drames au croissant Jasmine

Les résidents du croissant Jasmine à Ottawa ont tenu une rencontre, samedi, afin de discuter de stratégie visant à éviter que les jeunes ne tombent dans la criminalité.

L'événement s'est tenu dans un contexte particulier : deux jeunes hommes ont été poignardés dans le secteur au cours des derniers mois. Les policiers sont persuadés que les deux incidents sont des crimes ciblés.

Le conseiller municipal de Beacon Hill-Cyrville, Tim Tierney, déplore cette situation, qui selon lui ne reflète pas le vrai visage du quartier.

« C'est une communauté tricotée serrée et très sûre. C'est vraiment dommage que nous n'ayons pas eu un, mais deux homicides en l'espace de six mois », indique-t-il.

La rencontre a eu lieu à côté du Centre de secours alimentaire de Gloucester. Elle avait pour but de renseigner les participants sur les activités et les organisations qui peuvent leur offrir du soutien.

« Nous souhaitons qu'ils sachent vers qui se tourner s'ils veulent inscrire leurs enfants à des programmes, s'ils ont des problèmes eux-mêmes ou s'ils constatent quelque chose dans la communauté qui les inquiète et qui nécessite une oreille attentive », précise le conseiller.

« J'espère qu'il n'y en aura pas un troisième »

Céline d'Etcheverry espère qu'il n'y aura pas de troisième meurtre dans son quartier. Photo : ICI Radio-Canada

Parmi les citoyens qui ont répondu à l'appel se retrouvait Céline d'Etcheverry, qui apprécie l'initiative mise en place.

« Je trouve que c'est bien. La police nous dit que c'est très sécuritaire, mais pourtant il s'est passé des choses ici, c'est un peu inquiétant et j'espère qu'il n'y en aura pas un troisième. »

Par ailleurs, un pasteur du quartier, Jeremy Saintilma, a tenu à participer pour offrir du soutien à la population.

« C'est une bonne idée de venir pour encourager les gens qui habitent le coin », explique le pasteur. « Ce qui se fait aujourd'hui c'est une très bonne chose, parce que les gens voient qu'ils ne sont pas abandonnés. »

Des représentants du Service de police d'Ottawa, de l'organisme Échec au crime et du Centre de ressources de l'est d'Ottawa étaient présents sur place pour répondre aux questions du public.

D'après des informations de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine