Retour

Une rentrée dans une école inachevée à Gatineau

La Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) maintient le cap. Les élèves inscrits à l'École de la Forêt, à Gatineau, commenceront leur année scolaire comme prévu jeudi, même si l'établissement est encore en construction.

Le bruit des ouvriers au travail s’ajoutera donc à celui de la cloche de récréation pour les élèves de l’école du secteur d’Aylmer, puisque certains des travaux auront lieu durant les heures de classe.

« Les travaux concernant la cour d’école, le gymnase et la façade se dérouleront en continu jusqu’en octobre », a d'abord souligné la présidente de la CSPO, Johanne Légaré, par voie de communiqué, lundi après-midi.

En entrevue à l’émission Sur le vif, Mme Légaré a toutefois précisé que le bruit devrait être minime, étant donné que les travailleurs de la construction ne devraient pas utiliser de machinerie lourde durant les cours.

De plus, un périmètre de sécurité sera mis en place d’ici la rentrée, afin de permettre la circulation des élèves et du personnel en toute sécurité pendant les travaux.

Même si l’essentiel des travaux à terminer est à l’extérieur des murs de l’école, le gymnase, un espace important dans une école primaire, demeure inachevé.

La présidente de la CSPO a expliqué que, pour le temps que durera la construction du gymnase, les cours d’éducation physique se tiendront dans divers parcs de Gatineau.

Pas de dépassement de coûts en vue

La construction de l’École de la Forêt a débuté au cours de l'été 2016, sur le terrain du parc Clétrem, et devait être terminée à temps pour l'actuelle rentrée scolaire.

Mme Légaré a attribué les retards dans la construction de l’établissement à des « pépins », comme des délais additionnels dans la livraison de certains matériaux, un phénomène « normal », selon elle, lorsqu’il est question d’un chantier comme celui de l’École de la Forêt.

Malgré les retards, rien ne laisse croire à Mme Légaré qu’il y aura des dépassements de coûts.

Avec les informations de la journaliste Florence Ngué-No

Plus d'articles

Commentaires