Retour

Une résidente de Gatineau se bat pour obtenir sa carte soleil

Épuisée et enceinte de huit mois, Rosa Callalli est à bout de souffle. Depuis plusieurs mois, elle livre une bataille contre le gouvernement du Québec pour obtenir sa carte d'assurance maladie.

La Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) refuse de lui donner une carte santé, même si Mme Callalli, d'origine péruvienne, réside au Québec depuis 2013, possède un emploi et paie ses impôts.

La situation est particulièrement stressante pour cette jeune dame de 35 ans, car elle ne connaît pas l'état de santé de son enfant à naître. En effet, même si elle a plus de 30 semaines de grossesse, elle n'a pas consulté de médecin. Rosa Callalli n'a pas les moyens d'assumer les frais pour de telles visites médicales.

Son histoire

Rosa Callalli est arrivée au Canada en 2008. Elle a atterri en Ontario grâce au Programme des aides familiaux résidants. Elle a obtenu sa carte ontarienne d'assurance maladie et a même donné naissance à son premier enfant dans un hôpital d'Ottawa.

En 2013, elle rencontre un Québécois, le marie et déménage à Gatineau. Elle fait une demande de résidence permanente et obtient, en attendant, un permis de travail ouvert.

Ce permis lui permet de travailler pour n'importe quel employeur, n'importe où au Canada. La situation rêvée pour tout immigrant, et, pourtant, c'est ce statut qui lui crée des ennuis...

La RAMQ soutient que pour obtenir une carte santé, un résident temporaire doit avoir en main un permis de travail fermé sur lequel le nom de l'employeur et le nom de la province de travail sont inscrits.

Droits bafoués

Ce choix d'exclure les résidents temporaires ayant un permis de travail ouvert est injuste, selon des experts consultés par Radio-Canada.

Me Jason Benovoy, avocat en immigration de Gatineau, dit que la situation est malheureuse et pourrait être évitée.

« Il y a cette idée préconçue à la Régie qu'une personne qui a un permis de travail ouvert ne contribue pas au coffre de l'assurance maladie provinciale. Dans les faits, c'est totalement le contraire. Cette personne continue de contribuer comme le reste du monde, mais elle se voit bloquer l'accès », explique-t-il.

Selon Me Jean-Pierre Ménard, avocat spécialisé en droit de la santé, la RAMQ brime aussi les droits fondamentaux de Mme Callalli.

« C'est la loi canadienne de la santé qui établit les grands principes auxquels tous les régimes provinciaux doivent se conformer », dit-il. Lorsqu'une personne est admissible dans une province et qu'elle déménage dans une autre province, cette personne a le droit d'être inscrite aux mêmes conditions qui prévalaient dans sa province d'origine. La Régie ne devrait donc pas rajouter de nouvelles conditions qui n'existaient pas en Ontario pour l'inscrire. »

Grande inquiétude

Rosa Callalli attend son enfant à la fin du mois de juillet dans l'inquiétude. Sans carte soleil, elle devra se rendre à l'urgence pour accoucher et devra payer jusqu'à 20 000 $ pour obtenir les soins appropriés... une somme qu'elle ne possède pas.

D'après les informations de Laurie Trudel

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine