Retour

Une rue d'Ottawa renommée en l'honneur d'un centenaire franco-ontarien

La voiture grise longe la rue à toute vitesse et s'immobilise au coin des rues Ste-Cécile et Granville, dans le quartier Vanier, à Ottawa. Un homme d'âge mûr aux cheveux blancs descend avec agilité du véhicule. L'ouragan Joffre Bélanger, 100 ans, est arrivé pour la cérémonie.

Un texte de Angie Bonenfant

Il est presque midi, à Vanier. Une quarantaine de personnes sont attroupées autour du panneau de la rue Ste-Cécile. Il fait un froid sibérien, tous les convives grelottent, mais le centenaire semble immunisé contre le froid.

Aujourd'hui, la rue Ste-Cécile change officiellement de nom et est renommée Joffre-Bélanger, en l'honneur de ce grand pionnier franco-ontarien.

L'homme qui reçoit cet honneur sourit et est visiblement heureux. Il faut dire que ce n'est pas tous les jours qu'une personne voit de son vivant une rue renommée à son nom.

Joffre Bélanger, toutefois, n'est pas n'importe quel Vaniérois.

100 ans « de service »

En 1969, en compagnie du maire de l'époque Gérard Grandmaître, il a piloté le projet visant à changer le nom de la ville « Eastview » à « Vanier ». 

La Ville était composée à 85 % de francophones.

« Ç'a passé comme un rien... ils ont fait ça tout bonnement, comme on change de chemise! »

En 100 ans « de service », l'homme n'a pas chômé.

Joffre Bélanger a été membre de la société Saint-Jean-Baptiste pendant plus de 45 ans et son président pendant plusieurs années.

Il a été bénévole dans une quantité innombrable d'organismes. À un point tel qu'il est impossible de résumer sur deux feuilles d'un curriculum vitae toutes ses actions communautaires.

Au mois d'octobre dernier, Joffre Bélanger a soufflé ses 100 bougies.

Le « jeune homme » a vu le jour sur la rue Olmstead, à Eastview. Il a toujours habité dans sa ville natale. « Ça fait au-dessus d'une cinquantaine d'années que je demeure dans cette maison-ci! »

Joffre Bélanger est entièrement autonome. Il habite dans sa maison, seul, et conduit sa propre voiture.

Un homme et ses volants

À une époque où les préjugés pullulent au sujet des personnes âgées au volant, Joffre Bélanger conduit deux automobiles, une décapotable rutilante rouge pour l'été et une voiture pour l'hiver.

Il a d'ailleurs renouvelé son permis de conduire la semaine dernière, à 100 ans... il faut le faire! « Je la prends surtout pour faire mes petites commissions et aller à mes petits rendez-vous », indique-t-il.

« Je n'ai pas peur de conduire, je ne crains rien sauf les autres chars », tient-il à préciser. « Je ne sors par juste pour sortir. Par contre, je ne m'en prive pas. Quand je veux prendre ma voiture, je la prends et je sors. »

Conduire pour Joffre Bélanger demeure un plaisir. Cela lui procure une certaine autonomie. « J'ai toujours l'aide de mes enfants, mais ils ne sont pas toujours là! »

Secret de sa longévité

Et pour ceux qui veulent connaître le secret de la longévité de M. Bélanger... il résume cela comme suit : 

1. Pas de stress

2. Pas d'ennemis

3. Être naturel

4. Jouir de la vie une journée à la fois.

Voilà, c'est dit! 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine