Retour

Une rue, trois meurtres : vivre sur le croissant Jasmine, à Ottawa, est-il dangereux?

Le croissant Jasmine situé dans le quartier Gloucester, à Ottawa, a été le théâtre de trois meurtres, en l'espace d'une seule année. Le secteur traîne, depuis, la mauvaise réputation d'être un foyer pour gangs de rue et vendeurs de drogues. Mais est-ce vraiment le cas?

Un texte de Angie Bonenfant

Nous avons passé quelques heures sur le croissant Jasmine en compagnie de résidents et d'intervenants communautaires pour comprendre l'origine de toute cette inquiétude.

Les gens à qui nous avons parlé sont déterminés à redorer l'image de leur quartier et à enrayer les problèmes inhérents à la violence et à la pauvreté.

Dimanche prochain, le conseiller municipal de Beacon Hill-Cyrville, Tim Tierney, organise une marche communautaire et une séance d'information pour sensibiliser les résidents du secteur aux problèmes qui touchent leur quartier et trouver des pistes de solution.

Depuis les malheureux événements qui ont secoué son quartier, le conseiller Tierney est en croissade. Au mois de mars, deux jours après le troisième incident meurtrier, il a rencontré le chef de la police d'Ottawa et ses adjoints pour améliorer la situation sur le croissant Jasmine. 

La rassemblement communautaire débutera à 14h, à l'école secondaire Lester B. Pearson, au 2072, croissant Jasmine.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine