Retour

Une semaine de relâche dans la cuisine pour 70 enfants

Environ 70 enfants de 10 à 15 ans ont choisi de continuer d'apprendre pendant leur semaine de relâche, mais ils ont troqué les cahiers et les crayons pour un tablier et des ustensiles de cuisine. Ils participent à un camp culinaire organisé par l'École hôtelière de l'Outaouais.

Les gestes sont précis, l'attente parfois difficile. Sous la supervision de futurs chefs, les cuistots en herbe apprennent les rudiments de la cuisine. Ils doivent réaliser un menu trois services pour quatre personnes qu'ils ramènent à la maison.

« On a aussi préparé un petit texte qui leur dit, même à la maison : "à telle heure tu mets les plats au four, à telle heure tu prépares ta salade, après ça quand tu vas monter ton assiette, tu mets ça, ça, ça dedans" », explique Gaétan Tessier, chef formateur en cuisine.

Au menu mercredi : crêpes farcies aux champignons, suivies de saumon à l'aneth et d'une panna cotta pour dessert.

Marie-Pier Guilbeault et Aglaée Perron, toutes deux âgées de 11 ans, sont heureuses de découvrir de nouveaux goûts.

« On aime vraiment beaucoup la cuisine et on s’est dit qu’on allait en apprendre davantage en venant ici », souligne Marie-Pier, dont la découverte préférée est le boeuf bourguignon.

Les jeunes sont aussi très fiers de présenter leurs réalisations à leur famille.

C'est aussi une expérience nouvelle pour les étudiants en cuisine. Alors qu'ils ont l'habitude d'exécuter des consignes, ils doivent maintenant transmettre leurs connaissances aux plus jeunes. Cela les force à vulgariser les techniques et le vocabulaire acquis pendant leur formation.

« On est un moniteur pour deux élèves, donc on a le temps de leur montrer comment faire colorer, faire les viandes », indique Florence Lavallée, étudiante de deuxième année à l'École hôtelière de l'Outaouais. « Ils font vraiment tout eux-mêmes, on va chercher les ingrédients avec eux, ils pèsent leurs ingrédients. C’est vraiment amusant, on peut leur montrer comment tout faire à partir de la base. »

Le camp culinaire sert aussi de moyen de financement pour les étudiants de deuxième année, qui feront un voyage en Europe dans de grands restaurants à la fin de leur programme.

D'après un reportage de Kim Vallière

Plus d'articles