Retour

Université franco-ontarienne : des cours, mais « pas d'édifice », dit Wynne 

La première ministre Kathleen Wynne refroidit les ardeurs des partisans du projet d'université française dans le sud de l'Ontario, rappelant qu'elle n'a « jamais parlé d'un édifice ».

Mme Wynne explique que son gouvernement veut plutôt accroître le nombre de programmes postsecondaires en français.

Elle souligne que l'Université d'Ottawa et le Collège universitaire Glendon, à Toronto, par exemple, offrent déjà des cours en français.

La première ministre a fait cette déclaration mercredi durant la période des questions à l'Assemblée législative, alors que le chef conservateur Patrick Brown lui demandait quand elle rendrait public le rapport d'un groupe de travail sur l'éducation postsecondaire en français.

Mme Wynne n'a jamais répondu à la question, mais le ministère de la Formation et des Collèges et Universités dit que les recommandations en question seront dévoilées d'ici la mi-juin.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine