Retour

Vague de protestation en Outaouais à l'endroit de Donald Trump

Après les insultes du président Donald Trump à l'endroit du premier ministre Justin Trudeau et l'imposition de barrières tarifaires, un mouvement de contestation envers les États-Unis s'organise en Outaouais.

À l'issue de la rencontre du G7 au Québec, le président Trump a déclaré que M. Trudeau allait apprendre des erreurs qu'il a commises à l'égard des États-Unis et que ça allait coûter « beaucoup d'argent aux Canadiens », une autre déclaration qui irrite des citoyens de l’Outaouais, au point où ils sont prêts à changer certaines habitudes.

Les copropriétaires du Lala Bistro, dans le secteur de Buckingham, ont décidé de ne plus vendre les vins en provenance des États-Unis.

Un moment donné, il faut qu'on se tienne debout. C'est pour boycotter les vignobles. Les Américains, il faut qu'ils comprennent qu'ils doivent s'occuper de leur président. Il est à mi-mandat, alors il faut que ça bouge, mentionne Carole Lajeunesse, l'une des copropriétaires.

Cette décision a trouvé écho auprès de nombreux clients. Plusieurs messages d’appui ont été publiés sur la page Facebook du bistro.

Une destination populaire

Serge Lafrance, un habitué des plages américaines, refuse de passer ses vacances aux États-Unis pour protester contre l'imposition de tarifs sur l'aluminium et l'acier, lesquels frappent de plein fouet son commerce de véhicules récréatifs.

Ça l'affecte tous les jours de toute façon le monsieur, comme le marchand, comme le consommateur, dit-il.

Solidaire du gouvernement Trudeau, il affirme qu’il va tourner symboliquement le dos aux Américains cette année.

C'est bon de rappeler que nous sommes Canadiens et qu'on mérite de se faire regarder comme un pays aussi bon qu'un autre, mentionne M. Lafrance.

Des Québécois boudent les États-Unis

Les Québécois sont plus que jamais nombreux à choisir leur province comme destination vacances.

C'est ce qui ressort d'un sondage mené par le ministère du Tourisme, réalisé à la fin du mois de mars 2018 auprès de 2500 personnes du Québec, de l'Ontario, des Maritimes.

Il en ressort que 71 % des Québécois prévoient voyager à l'intérieur des frontières de la Belle Province, des chiffres qui font craindre le pire à l’organisme Tourisme Vermont.

Nous sommes certainement préoccupés par le fait que les Canadiens décident de ne pas voyager au Vermont, affirme Wendy Knight, responsable du marketing pour Tourisme Vermont.

Elle confirme que des Canadiens ont déjà annulé leurs vacances cette semaine.

On s'inquiète que le mouvement prenne de l'ampleur, l'an dernier, il y a eu 42 millions de visites de Canadiens aux États-Unis, ajoute Mme Knight.

Le tourisme génère 2,4 milliards de dollars par an pour l’économie vermontoise.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Plus d'articles