Retour

#VIEDEPARENTS - Mode d'emploi pour famille recomposée

Paul Servant a eu deux enfants avec son ancienne conjointe, Marie-Pier. Ève-Marie et Anthony sont nés de cette première union. Mais l'amour n'aura pas duré.

De son côté, Myriam Hamelin-Joly avait un fils, Damien, lorsqu'elle est tombée sous le charme de Paul. Ensemble, ils ont eu Ariane, maintenant âgée de 4 ans. « Elle n'était pas prévue, mais complète bien la famille », raconte d'emblée Paul.

Quatre enfants, deux mères différentes, qui forment cette famille recomposée.

Un cas unique? Oh non! Le nombre de familles recomposées augmente sans cesse. Le recensement de 2011 indiquait qu'elles représentent 12,6 % des familles canadiennes.

Voici le mode d'emploi, selon Paul et Myriam, pour bien faire face aux défis des familles recomposées.

  1. Ne pas brusquer les choses lors de la présentation aux enfants

Les débuts du couple remontent à il y a cinq ans. « On ne s'attendait pas à ça du tout du tout », explique Paul.

Un jour ou l'autre, cependant, les enfants respectifs de Myriam et Paul devaient se rencontrer.

« Ç'a pris 3 à 4 semaines avant que je dise que c'était la copine à papa », affirme Paul Servant.

Le temps a fait son œuvre avec les enfants de Paul, qui ont rapidement inclus Myriam dans la famille. Toutefois, l'intégration de son fils a été plus facile, car il n'avait que 10 mois.

La chimie s'est rapidement installée entre les enfants, de même que l'harmonie dans la nouvelle famille recomposée.

« On se lève le matin, et souvent, Ève-Marie a fait le déjeuner à Ariane », se réjouit Paul. « On est chanceux et ils ont une très très belle complicité. »

2. Avoir une bonne relation avec l'ex

Certes, ça peut parfois être compliqué avec l'ex. Mais, s'il est possible d'avoir une bonne relation avec celui-ci, les choses peuvent être beaucoup plus simples.

Marie-Pier, l'ancienne copine de Paul et maman de deux de ses enfants, est demeurée amie avec le couple! Tout comme son nouveau conjoint, Brian. « C'est devenu une relation élargie », explique Paul.

« On ne voulait pas que les enfants soient affectés par des querelles d'anciens conjoints », poursuit le père. « Je pense que les enfants en bénéficient beaucoup. »

« On a aussi des amis qui sont proches de leurs ex », poursuit Myriam. « Je pense qu'on est une génération qui se dit qu'on n'a pas le choix. Donc, on passe par-dessus! »

« On est vraiment toute une grosse famille ensemble et nous, on est heureux avec ça », enchaîne Paul. « "Hein, tu es ami avec ton ex?" Il y a beaucoup de gens qui trouvent ça drôle et bizarre, mais nous autres, on est à l'aise avec ça. »

3. La clef de la réussite : la communication

« On sait ce qu'on veut, et je pense que nous ce qui nous a fait gagner, c'est notre communication », soutient Myriam.

Même chose pour les enfants. « Je ne suis pas devenu juste la belle-mère, c'est que je suis devenu partie intégrante de la famille. »

« J'aime notre grosse famille, on peut se fier sur beaucoup de gens », soutient Paul. « On est quatre adultes qui gèrent les enfants, c'est ça que j'aime beaucoup. »

Mais les deux parents de cette famille recomposée s'entendent également sur un point important : celui de penser au couple de temps à autre, de ne pas le négliger!

Et les enfants, que pensent-ils de cette famille?

« Je me sens bien dans ma famille élargie », raconte Ève-Marie. « Je me sens accompagnée et entourée de plein de personnes. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine