Le greffier du Conseil privé, Michael Wernick, exhorte dans son plus récent rapport que l'appareil fédéral se rajeunisse, en accélérant l'embauche de jeunes. Les chiffres le démontrent, la fonction publique est vieillissante.

Un texte de Jérémie Bergeron

L'âge moyen des fonctionnaires est désormais de 45 ans et celui des cadres, de 50,3 ans. Les jeunes de moins de 35 ans, eux, ne représentent donc plus que 20 % des employés de la fonction publique fédérale.

Dans son 23e rapport, Michael Wernick affirme qu'il faut engager les jeunes et « déployer plus d'efforts pour recruter les jeunes personnes talentueuses. »

Mais ce n'est pas tout que de les recruter : il faut aussi les garder en poste, ce qui représente un plus grand défi encore.

Thomas Devisscher, 26 ans, a travaillé cinq ans dans la fonction publique à Ottawa, mais il n'a pas tenu le fort. Après des débuts emballants, il a vite déchanté.

« Les opportunités de développement sont rares », dénonce l'ex-fonctionnaire.

Le retard technologique l'a également refroidi.

Aux jeunes de se faire entendre

Des syndicats de fonctionnaires, dont l'Association canadienne des employés professionnels (ACEP), conviennent de la lourdeur de l'appareil fédéral. L'ACEP veut d'ailleurs connaître les doléances et les frustrations des jeunes.

« On va faire un appel de propositions auprès de jeunes employés de la fonction, qui peuvent nous parler des obstacles auxquels ils font face pour se maintenir en emploi », rapporte la présidente de l'ACEP, Emmanuelle Tremblay. « D'abord pour entrer, et ensuite pour se maintenir en emploi et devenir vraiment les super fonctionnaires de demain. »

De son côté, Sacha Clément cumule huit ans d'expérience dans la fonction publique et il affirme être en réflexion sur une carrière à vie dans l'appareil fédéral. « Je crois en fin de compte qu'il y a plusieurs opportunités pour des employés qui veulent se diversifier et regarder au-delà du gouvernement », dit-il.

Un manque de valorisation fait également dire au greffier du Conseil privé que le gouvernement doit aussi miser sur le bien-être de ses travailleurs.

Le greffier du Conseil privé, lui, a réitéré qu'« il faut que les nouveaux employés soient bien accueillis, car ils pourront ainsi apporter une contribution importante dès leur arrivée ».

Plus d'articles

Commentaires