Retour

Voie cyclable rue O'Connor : Ottawa a choisi l'option « moins sécuritaire »

Dans les trois premières semaines suivant son ouverture, trois collisions entre des vélos et des véhicules ont été rapportées dans la section de cette piste, qui s'étend de l'avenue Laurier au Queensway.

La Ville insiste pour dire que la nouvelle voie cyclable de la rue O'Connor, qui est bidirectionnelle, est sécuritaire. Toutefois, elle reconnaît que l'option choisie est moins un peu moins sécuritaire que d'autres scénarios présentés.

Selon la Municipalité, la solution optimale pour les cyclistes aurait été « insoutenable » pour les conducteurs. Le fait de privilégier ce scénario aurait même pu faire avorter le projet.

« Tout est un compromis, même la sécurité est un compromis parfois [trad. libre] », explique Kornel Mucsi, gestionnaire de projet pour la planification des transports à la Ville d'Ottawa.

Si l'option que nous choisissons n'est pas vendable politiquement ou aux yeux du public, eh bien cette option ne se concrétisera pas. [trad. libre]

Kornel Mucsi, gestionnaire de projet pour la planification des transports à la Ville d'Ottawa

Cinq options à l'étude

Mobycon Concordis est une firme néerlandaise spécialisée dans l'intégration de voies cyclables et piétonnières en milieu urbain. La Ville d'Ottawa l'a notamment embauchée pour réviser l'étude de la firme Parsons, qui proposait cinq options pour aménager la voie cyclable de la rue O'Connor.

Dans un rapport soumis en juillet 2015, Mobycon conclut que l'option 1 des voies cyclables protégées des deux côtés de la rue O'Connor était « la plus sécuritaire et la plus directe pour les cyclistes ».

La firme reconnaissait que ce scénario pourrait réduire l'espace alloué aux véhicules et ainsi rendre le débit de circulation un peu moins optimal dans le centre-ville. Toutefois, le fait d'incommoder les automobilistes était considéré comme un compromis acceptable pour Mobycon.

Son deuxième choix était l'option 4, laquelle prévoyait une séparation de la voie cyclable sur deux rues, soit en direction sud rue O'Connor et en direction nord rue Metcalfe.

L'aménagement d'une voie cyclable bidirectionnelle sur le côté est de la rue O'Connor, l'option que la Ville a retenue, était le troisième choix des consultants, qui jugeait cette option « moins sécuritaire ».

Selon Mobycon, le choix retenu par la Ville gruge moins d'espace sur la rue, mais présente plus de difficultés aux intersections que les voies unidirectionnelles.

Pour Kornel Mucsi de la Ville d'Ottawa, l'aménagement de voies unidirectionnelles séparées aurait forcé les cyclistes à traverser la bretelle vers le Queensway. Ceci aurait nécessité une signalisation particulière, laquelle aurait causé des retards et des refoulements aux heures de pointe.

Il précise que le retrait des places de stationnements le long de la rue O'Connor n'était pas une option envisageable pour la Ville.

Pour un changement de culture

La conseillère du quartier Somerset, Catherine McKenney, précise que les fonctionnaires municipaux se penchent sur les façons d'améliorer la sécurité sur cette nouvelle voie cyclable.

Ils envisagent notamment d'interdire les virages à gauche aux heures de pointe ou encore d'accentuer l'angle des virages pour forcer les automobilistes à modérer.

Mme McKenney estime que la fluidité de la circulation automobile et le stationnement ont souvent préséance sur la sécurité optimale des piétons et des cyclistes dans la capitale nationale. Elle croit qu'un changement de culture s'impose et qu'il doit se faire au niveau politique.

Plus d'articles