Retour

Vols cloués au sol à Ottawa : Air Transat reconnaît en partie sa responsabilité

Air Transat a reconnu, jeudi, avoir une part de responsabilité dans les événements du 31 juillet, lorsque des passagers sont restés coincés pendant de nombreuses heures dans deux avions sur l'aire de trafic de l'aéroport international d'Ottawa. Le transporteur aérien a toutefois affirmé qu'il partage cette responsabilité avec d'autres entreprises.

Le président-directeur général d'Air Transat, Jean-François Lemay, et cinq autres employés de l'entreprise ont témoigné lors de la deuxième et dernière journée de l'audience publique de l'Office des transports du Canada (OTC), jeudi.

« Si nous avions connu d'entrée de jeu, peu de temps après l'atterrissage, la durée du délai ou une estimation de la durée du délai, les décisions auraient été différentes », a reconnu M. Lemay.

Il s'est excusé publiquement, tout en mentionnant qu'il n'y avait pas matière à blâmer quiconque et que ses employés n'ont pas commis de faute.

Il a qualifié la situation de jamais vue en trente ans pour Air Transat et dit souhaiter « qu'on prenne du recul face à la situation et qu'on trouve des solutions ». Il a notamment plaidé pour une amélioration de la communication entre les différents intervenants.

Selon Air Transat, un ensemble de facteurs sur lesquels elle n'avait aucun contrôle l’ont rendue incapable de minimiser les inconvénients pour ses passagers.

Le transporteur a notamment jeté une partie du blâme sur les services de ravitaillement en carburant offerts à l'aéroport par l'entreprise Aircraft Service International Group (ASIG). Mercredi, un employé d'ASIG a affirmé devant l'OTC qu'il n'avait pas été informé du fait que les réserves en carburant d'un des avions, soit le vol TS157, étaient basses.

Le personnel de bord surpris par l'appel d'un passager au 911

La situation a été particulièrement difficile pour les passagers du vol TS157 en provenance de Bruxelles. Une panne de carburant a causé un problème de climatisation et un passager a appelé le 911.

Lors de son témoignage, le directeur du vol, Igor Mazalica, a dit avoir été surpris de voir les pompiers arriver avec des bouteilles d'eau.

« On avait de l'eau, du jus et des collations. J'avais dû arrêter ma distribution parce que tout mon personnel devait être à une porte », a-t-il raconté.

Le pilote Denis Lussier a pour sa part indiqué avoir essayé de tenir les passagers informés du mieux qu'il le pouvait. De plus, on lui aurait dit à différentes occasions que le ravitaillement en carburant allait se produire dans les 30 à 40 prochaines minutes.

De l'eau et de la nourriture pour les passagers arrivant de Rome

Tout comme le vol TS157, le vol TS507 en provenance de Rome devait atterrir à Montréal, mais a été dérouté vers Ottawa en raison du mauvais temps.

La situation à bord de l'appareil, une fois cloué au sol, a toutefois été différente. Selon Julie Clermont, directrice du vol TS507, les passagers ont reçu de l’eau et ont pu manger.

« On a sorti tout ce qui a été comestible, tout ce qui n’a pas été vendu pendant le vol. On a priorisé les enfants pour avoir une collation. À la demande, on donnait quelque chose aux passagers pour manger », a-t-elle témoigné.

Les passagers en classe Club (similaire à une classe affaires) ont pu se servir en premier, mais le reste a été offert aux passagers de la classe Économie.

Questionnée au sujet de la commande d'un repas pour les passagers qui n'a pas eu lieu, Mme Clermont a répondu qu’elle ne pensait pas que la commande serait arrivée à temps.

« Commander quelque chose pour 249 passagers aurait pris un temps quand même considérable. Je me suis dit qu’on serait partis quand on serait en mesure de le recevoir », a-t-elle dit.

Quant à la température dans la cabine, le commandant de bord a fait savoir que l’air conditionné a toujours fonctionné dans son appareil, « sauf une ou deux minutes », le temps de redémarrer les réacteurs. La température de la cabine avoisinait les 21 °C.

Pas d'urgence pour faire sortir les passagers

La première personne à témoigner pour Air Transat, jeudi, a été son directeur de la sécurité aérienne, Matthew Jackson. Ce dernier a soutenu qu'il n'y avait aucune urgence à faire sortir les passagers des avions cloués au sol, puisqu'ils étaient en sécurité.

Il a indiqué que le débarquement éventuel des passagers aurait dû se faire à l'aide d'une passerelle destinée aux vols internationaux et que le temps alloué à cette procédure aurait été beaucoup trop long.

La capitaine Jackson a également précisé qu'il y avait des considérations financières au débarquement des passagers. Cela aurait signifié la fin des vols et potentiellement la mise sur pied de plusieurs services pour les passagers au sol, comme l'hébergement dans des hôtels ou le transport en autobus vers Montréal, leur destination finale.

Le pilote du vol TS507, Yves Saint-Laurent, a pour sa part indiqué qu'il n'était pas souhaitable de faire sortir les passagers de leur avion.

La compagnie aérienne, selon les témoins d'Air Transat, voulait à tout prix permettre aux passagers d'atteindre leur destination le plus rapidement possible.

First Air pas informé de la situation à bord des vols TS157 et TS507

Le fournisseur de services au sol d'Air Transat à l'aéroport international d'Ottawa, First Air, soutient n'avoir jamais été informé par son client qu'un des avions redirigés vers Ottawa avait des réserves basses en carburant.

« Si nous l'avions su, nous aurions averti notre compagnie de ravitaillement en carburant pour accélérer le ravitaillement de cet avion », a affirmé l'un des responsables de First Air, Owen Prosser.

Les responsables de l'entreprise affirment n'avoir pas reçu non plus de demande d'Air Transat pour fournir de l'eau ou de la nourriture aux passagers restés à bord.

M. Prosser a expliqué que sa compagnie ne pouvait veiller au ravitaillement des avions déroutés tant que ces derniers étaient sur une voie de circulation.

La procédure de ravitaillement des quatre avions déroutés d'Air Transat, dont les vols TS157 et TS507, aurait été enclenchée par First Air à 19 h 15, après que la tour de contrôle eut permis aux quatre appareils de se stationner au hangar 14.

M. Prosser a indiqué qu'il a vu par la suite deux avions d'Air Transat être dirigés ailleurs pour laisser la place à un avion Airbus A380. Ces deux avions d'Air Transat ont ainsi perdu leur rang de ravitaillement et se sont retrouvés les derniers en ligne.

L'entreprise First Air a également indiqué qu'il y avait plusieurs compagnies de ravitaillement en carburant à l'aéroport, à part celle avec laquelle elle faisait affaire, et qu'Air Transat aurait pu faire appel à ces autres compagnies, si elle l'avait souhaité.

Le fournisseur de services au sol d'Air Transat a également précisé qu'un programme de cette compagnie aérienne en cas de retard des vols peut être enclenché si les passagers sont descendus des avions et sont dans un aéroport.

Plus d'articles

Commentaires