Retour

Vols dans des églises : l'archidiocèse d'Ottawa révise ses mesures de sécurité

Les vols commis au cours des dernières semaines dans des paroisses catholiques de l'Est ontarien, ont suscité une réflexion à l'archidiocèse d'Ottawa quant aux protocoles de sécurité en place dans ses lieux de cultes.

Les vols par effraction commis récemment à l'église de Chute-à-Blondeau et au presbytère de L'Orignal, totalisant pas loin de 2000$, sont loin de laisser l'archidiocèse d'Ottawa indifférent.

« C'est de faire mal à la paroisse financièrement, mais c'est aussi, je dirais, permettez-moi de le dire comme ça, un affront aux gens, qui ont contribué de façon charitable à une œuvre, qui voient ces argents aller ailleurs », déplore l'adjoint exécutif de l'archevêque, Gilles Ouellette.

Fort de ce constat, l'administration diocésaine a lancé une mise en garde aux quelque 140 paroisses francophones et anglophones qu'elle dessert.

« On a demandé aux paroisses de revoir, en fait, la sécurité des points d'accès aux édifices. On a demandé de revoir la possibilité d'ajouter un système d'alarme ou de peaufiner les systèmes d'alarme en place », détaille M. Ouellette.

Concrètement, une révision complète des mesures de sécurité en place qui a été demandée. L'archidiocèse d'Ottawa invite par ailleurs les responsables paroissiaux à faire preuve de prudence en ne laissant pas de sommes d'argent importantes dans les églises ou dans les presbytères.

L'enquête se poursuit

La police provinciale de l'Ontario PPO) est toujours à la recherche du ou des responsables de ces crimes.

« Il y a quelques églises qui ont été faites dans un même laps de temps. Donc, on a tendance à croire que ça pourrait peut-être être relié, mais pour l'instant, c'est encore sous enquête », affirme Mario Gratton, un porte-parole de la PPO.

En attendant, l'Archidiocèse d'Ottawa cherche un moyen de préserver l'équilibre entre l'accessibilité de ses lieux de culte et leur protection.

« Quand on regarde l'ensemble, on se dit « c'est triste quand ça arrive, mais c'est aussi bon ». Parce que ça nous permet de réévaluer comment on protège et gère nos avoirs », admet Gilles Ouellette.

D'après un reportage de Denis Babin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine