Retour

10 spectacles à voir au Festival d’été de Québec

Le 50e Festival d'été de Québec proposera au cours des 11 jours de l'événement plus de 300 spectacles extérieurs et en salles. À travers l'offre abondante, pas toujours facile de faire un choix. Pour vous aider, 5 chroniqueurs de Québec vous suggèrent 10 spectacles à mettre à votre agenda.

THE NEW PORNOGRAPHERS : « Whiteout Conditions, le dernier album de New Pornographers, sera probablement mon disque préféré de la cuvée 2017 tous genres musicaux confondus, c’est dire combien mes attentes sont grandes concernant ce concert d’une heure (trop court!) prévu entre ceux de Plants and Animals et Wolf Parade le vendredi 7 juillet. Accessible, la powerpop joyeuse du répertoire du septuor de Vancouver accroche par l’harmonie vocale des voix de Kathryn Calder, Neko Case, A. C. Newman qui ont la réputation d’être aussi exaltants sur scène que pertinents sur disque. »

7 juillet, parc de la Francophonie, 20 h

THE WHO : « Nous attendions U2 et c’est The Who que les programmateurs du Festival d'été de Québec proposent en guise d’exclusivité et de grande première pour célébrer la cinquantième édition. Un véritable coup de maître, sachant que le groupe légendaire visite Québec pour la première fois et que ceux-ci, malgré un âge vénérable, ont la réputation d’offrir d’époustouflants concerts. Le chant toujours juste de Roger Daltrey conjugué au fougueux jeu de guitare de Pete Townshend, deux des membres fondateurs vivant toujours, ravira toutes les générations lors de cette grande messe rock. »

13 juillet, plaines d’Abraham, 21 h 30

MICHEL FUGAIN : « Rien d’original avec ce grand nom de la programmation, mais il y a plusieurs raisons derrière ce choix. C’est l’une des dernières occasions de le voir sur scène, du moins en voix et en grande forme même s’il a été victime récemment d’un accident routier. À 75 ans, c’est l’un des plus grands interprètes de l’âge d’or de la chanson pop française des années 60 et 70, époque des Bécaud, Sardou, Lenorman, Dassin. Il sera sans le Big Bazar, mais avec le Pluribus, une troupe de 12 musiciens. Fugain, c’est plus de 20 grands succès radio, des chansons immortelles qui font danser, mais aussi des ballades incroyables comme Bravo, Monsieur le monde ou Je n’aurai pas le temps. On espère évidemment qu’il les enchaînera toutes. En bref, un spectacle de nostalgie et un plaisir un peu coupable évidemment, un des rares artistes français au Festival et des mélodies qui ont bercé mon enfance. »

9 juillet, parc de la Francophonie, 21 h 20.

GAB PAQUET : « Le crooner québécois par excellence actuellement. Gab Paquet a deux albums au compteur et une pléthore de chansons aux textes amusants, inspirés par l’amour avec un grand A, les aventures désespérées, la romance exacerbée, la séduction kitsch à son paroxysme. Et même si on peut y voir une certaine caricature du chanteur de charme, Gab Paquet assume son image, ses costumes, ses mouvements lascifs en spectacle qui ont fait sa réputation, sans cesse grandissante, de bête de scène. Le Festival a eu la bonne idée de lui permettre de faire la première partie de Michel Louvain. Wow! Pour moi, des chansons comme Consommations ou Fais l’amour avec moi sont déjà des hymnes dans le genre avec des textes qui invitent la foule à chanter en choeur. »

12 juillet, place D’Youville, 19 h 30

SAMUELE : « Samuele m'intrigue. Elle a un parcours atypique. Fille de Gaston Mandeville, elle avance dans le monde de la musique sans patronyme. Elle joue dans les bars avant même d'avoir l'âge de les fréquenter, se détourne de la musique quelque temps, puis revient en participant au Festival de la chanson de Granby où elle remporte le grand prix en 2016. Sa musique flirte avec le folk, le blues et le rock, ses paroles évoquent les échecs amoureux, la dépression, mais surtout l'authenticité. Son travail rappelle celui de Safia Nolin, mais avec un zeste d'optimisme. Son premier album paru le six avril s'intitule : Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent. J'aime déjà sa musique et je veux voir comment elle la vit sur scène. J'irai donc l'entendre vendredi lorsqu'elle jouera sur la scène de la place D'Youville dans le cadre du Festival d'été de Québec.  »

7 juillet, place D'Youville, 19 h

TÉTÉ : « Vous dire à quel point j'aime Tété... Je l'ai découvert il y a presque 20 ans alors qu'il lançait son premier album L'air de rien. J'avais tout de suite été séduite par sa reprise d'Eleanor Rigby. À partir de ce moment-là, j'ai voulu en savoir plus sur ce chanteur, auteur et compositeur né d'une mère antillaise et d'un père sénégalais. Guitariste accompli, Tété dont le nom en wolof signifie Le guide, a depuis enchaîné les concerts et les albums. D'ailleurs, son dernier album paru en 2016 s'intitule Les chroniques de Pierrot lunaire. On y retrouve ce mélange de folk, blues et rock présent dans les autres albums. L'humanisme, l'humour et la sensibilité du chanteur sont toujours au rendez-vous. On dit qu'il est extrêmement charismatique, je vais aller le vérifier le 10 juillet prochain, lorsqu'il chantera sur la scène FIBE. »

10 juillet, place de l’Assemblée-Nationale, en face de la fontaine de Tourny, 17 h

TEI SHI : « Cette musicienne compose ses propres chansons R&B down tempo qui s'avèrent étrangement dansantes, des créations inclassables et teintées par ses origines sud-américaines au niveau de la rythmique. Le tout, dans un emballage électro qui peut rappeler Grimes... Tei Shi, c’est une rencontre entre son Argentine natale, la Colombie qui l’a vue grandir, la musique brésilienne qu’elle affectionne particulièrement, son adolescence passée à Vancouver et sa vie d’aujourd’hui à New York. Son album Crawl Space est l'un de mes préférés de 2017, jusqu'à maintenant. »

11 juillet, l'Impérial, 19 h 45 (en première partie de Phantogram)

LE COULEUR : « Actifs depuis près de 10 ans, Steven Chouinard, Laurence Giroux-Do et Patrick Gosselin sont de ceux qui ont façonné ce qui représente pour moi la troisième vague de la French Touch tout en restant à Montréal, cet électro à ascendance disco dans une langue de Molière ouvertement bonbon, sensuel et décomplexé. Inspiré par le précurseur Sébastien Tellier, ils ont (à mon sens) pavé la voie pour des projets comme Bon Voyage Organisation et L’Impératrice – des formations nu-disco dans la même veine. Leur disque P.O.P., sorti l'automne dernier, figure à la longue liste du Prix Polaris et j’en suis en partie responsable. »

9 juillet, place de l’Assemblée-Nationale, en face de la fontaine de Tourny, 20 h

MICHEL LOUVAIN : « Parce que, pour lui, tout a commencé à Québec; parce qu’il est un incontournable de notre monde du spectacle québécois; parce qu’il est notre Tony Bennett à nous; parce qu’il est une véritable légende vivante; parce qu’on ne compte plus ses nombreux succès sur disque et qu’il souligne ses 80 ans vie et ses 60 ans de carrière, le passage de Michel Louvain au Festival d’été de Québec 2017 est à ne pas manquer. Il promet d’interpréter les chansons qui ont bercé le public depuis plus d’un demi-siècle. Pour l’occasion, il sera entouré de Marie-Eve Janvier, Paul Daraîche, Patrick Bourgeois et du fils de ce dernier, Ludovick, grand gagnant de La Voix 2017. Les premières parties de Louvain, Francis Faubert (folk et garage rock) et Gab Paquet ("hommage" aux chanteurs de charme) suscitent la curiosité… »

12 juillet, place D’Youville, 21 h 30

HOMMAGE À BOB WALSH : « Le temps d’une soirée, les ami(e)s du bluesman Bob Walsh se réunissent pour lui rendre hommage. Décédé en novembre dernier, Walsh a fait les beaux jours dans les bars de Québec dans les années 70. Le regretté chanteur à la voix singulière a sans conteste marqué la scène musicale d’ici. Pour moi, Walsh est un monument du blues au Québec. Son souvenir doit être perpétué. Pour ce spectacle, son grand complice, l’harmoniciste Guy Bélanger sera entouré de Nanette Workman, Sylvie Desgroseilliers, Kim Richardson, Martin Goyette, Breen Leboeuf, les musiciens de Walsh et d’une section cuivre. Tout ce monde promet d’interpréter les pièces favorites de Walsh. De grandes voix et des notes à profusion. »

16 juillet, l'Impérial, 19 h 45

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine