Retour

100 000 visionnements pour une nouvelle campagne contre le cannabis au volant

La nouvelle campagne de la SAAQ contre la conduite avec les facultés affaiblies par le cannabis cumule plus de 100 000 visionnements sur les réseaux sociaux, une journée à peine après avoir été lancée.

Un texte de Jonathan Lavoie

Dans une série de vidéos de 15 à 30 secondes, la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) tente de sensibiliser les auditeurs aux dangers de conduire sous les effets de la marijuana.

Le responsable des médias sociaux à la SAAQ, Gino Desrosiers, indique que le cannabis « est de plus en plus présent dans les accidents mortels ou avec blessés. »

De 2011 à 2015, 18 % des conducteurs décédés dans un accident de la route avaient du cannabis dans le sang. Cette proportion grimpe à 30 % chez les conducteurs de 16 à 24 ans.

« Les effets du cannabis sont incompatibles avec la conduite parce que, entre autres, le temps de réaction est plus lent et il y a d'autres effets comme des problèmes de mémoire à court terme et de coordination », énumère Gino Desrosiers.

La campagne publicitaire de la SAAQ tombe à point puisque le gouvernement fédéral a récemment déposé un projet de loi dans le but de légaliser le cannabis d'ici juillet 2018.

« Ce n'est pas parce que le cannabis va être légalisé que ça va être légal de conduire avec les facultés affaiblies par le cannabis et ce n'est pas parce qu'on tend à banaliser sa consommation que ce n'est pas moins dangereux de conduire après avoir fumé », fait valoir Gino Desrosiers.

Une gradation des messages

Plus de 1000 internautes ont commenté la nouvelle campagne de la SAAQ.

Certains estiment que les publicités mises en ligne dépeignent avec exagération les effets du cannabis alors que d'autres reprochent à la société d'État d'aborder le sujet avec trop de légèreté, en utilisant l'humour pour faire passer le message.

Gino Desrosiers explique qu'il y a toujours une gradation dans la façon de présenter le message. Il dresse un parallèle avec les campagnes de publicité sur l'alcool ou les messages textes au volant.

« Avec les textos au volant, au début on avait des messages très informatifs qui disaient aux gens que c'est interdit. Après, on dit aux gens que c'est dangereux et après ça on finit par montrer des accidents et les conséquences. »

Au total, la SAAQ prévoit dépenser 760 000 $ pour la conception et la diffusion de deux campagnes de publicité. La première vient d'être lancée et la seconde sera diffusée à l'automne.

Plus d'articles

Commentaires