Retour

2017 accueillie avec un succès de foule à Québec

C'est un pari réussi pour les organisateurs des festivités du Nouvel An, à Québec. Le site des célébrations, presque deux fois plus grand que lors des années précédentes, a fait courir les foules pour cette soirée qui s'est déroulée dans un décor marqué par la présence de délicats flocons de neige.

Tout au long de la soirée, la Grande Allée et le parterre de la scène installée devant l'Assemblée nationale n'ont pas dérougi. Les uns profitaient des spectacles musicaux en direct, les autres s'amusaient avec les attractions familiales ou profitaient des bars extérieurs, une nouveauté cette année.

Sur le coup de minuit, au moment où les traditionnels feux d'artifice battaient leur plein, DJ Madeon a poursuivi sa prestation musicale, un fait inusité. C'est d'ailleurs lui-même qui avait demandé à pouvoir jouer en même temps que le spectacle pyrotechnique.

La foule était d'ailleurs dense pour écouter la musique du jeune prodige français de 22 ans. De 23 h à 1 h, le DJ a su faire danser jeunes et moins jeunes sur ses airs de musique électronique.

Un peu plus tôt en soirée, des dizaines d'artistes, dont la famille Painchaud, Katee Julien et Gabriel Plante, se sont partagés la scène. Pour le plus grand plaisir des fêtards, ils ont entonné des airs bien connus du folklore québécois et les ont livrés à la sauce électronique.

Les familles étaient aussi nombreuses à profiter des attractions comme la tyrolienne et la grande roue, en place sur la Grande Allée depuis le 27 décembre.

Des touristes parmi la foule

Rencontrés au coeur des célébrations, des visiteurs venus de Porto Rico disent avoir fait le choix de passer le Nouvel An à Québec pour y découvrir la neige, mais aussi « une nouvelle culture ».

Un couple du Texas a décidé de quitté le sud des États-Unis pour venir sceller son union à Québec, en plein coeur de l'hiver. Les nouveaux mariés, au milieu de la foule, ne semblaient pas regretter leur choix.

La mariée dit avoir craqué pour Québec parce que « c'est vraiment beau en hiver ».

Les organisateurs de la soirée prévoyaient que les fêtards seraint plus de 60 000  à se déplacer et pensaient même que le record de 70 000, établi l'an dernier, pourrait être battu.

En début de soirée, le directeur général d'Action promotion Grande Allée, André Verreault, affirmait ne jamais avoir vu autant de personnes affluer sur le site aussi tôt.

Sécurité accrue

Plus tôt samedi, les lieux avaient été complètement bouclés, question d'assurer la sécurité des fêtards. Des blocs de béton ont été installés aux entrées principales ainsi qu’aux abords de toutes les rues perpendiculaires à la Grande Allée comprises à l'intérieur du site.

Cette mesure, qui est devenue une norme pour les grands événements à la Ville de Québec depuis l’attentat survenu à Nice en France, en juillet dernier, vise à empêcher à tout véhicule motorisé d’avoir accès au site.

L’installation de ces blocs de béton était donc prévue avant même l’attentat survenu plus tôt en décembre dans un marché de Noël, à Berlin, en Allemagne.

Scène déplacée et alcool permis

Les festivités de cette année comportaient aussi leur lot de changements significatifs. D’abord, la scène qui accueillait le grand spectacle avait été installée devant l’Assemblée nationale.

Par ailleurs, la consommation d’alcool était permise. Les fêtards ne pouvaient cependant pas apporter leur propre alcool et doivent plutôt l’acheter sur place; 21 bars extérieurs avaient été prévus à cet effet.

« On fait vraiment confiance aux gens, avait indiqué Rose-Marie Ayotte, reponsable des communications à la Ville de Québec. Mais si nos agents de sécurité ont des doutes, on veut vraiment assurer la sécurité de tout le monde sur le site, alors ils peuvent se réserver le droit de vérifier le contenu d’un sac ou d’une bourse au besoin. »

Trois entités étaient chargées d’assurer la sécurité tout au long de la soirée, soit le Service de police de la Ville de Québec, Garda et Sécurité Sirois. Le budget pour la sécurité a été quintuplé, passant de 5000 $ à 25 000 $, cette année.

Plus d'articles

Commentaires