La folie de la loterie américaine Powerball n'a pas épargné la ville de Québec. Des résidents de la capitale n'ont pas hésité à franchir le trajet jusqu'à Champlain, dans l'État de New York, pour acheter des billets.

Le petit groupe a été rencontré dans un dépanneur de la municipalité située à 300 kilomètres de Québec. Les hommes ne se sont pas identifiés, mais ne voyaient rien d'étonnant à faire un tel voyage pour se procurer des billets.

« C'est une petite ballade partir de Québec pour venir ici. Ça prend trois heures et demie », a minimisé l'un d'eux, avant d'ajouter qu'il comptait acheter 35 billets pour des parents et amis.

Quant à savoir s'il avait déjà songé à ce qu'il pourrait acheter avec le gros lot de 1,5 G$, l'homme a éclaté de rire.

« Je vais attendre de le gagner avant! », a-t-il lancé.

Un lot difficile à réclamer?

Les Canadiens qui traversent la frontière pour acheter un billet de Powerball et qui reviennent à la maison pourraient cependant avoir une bien mauvaise surprise au lendemain du tirage.

C'est qu'une loi américaine empêche les voyageurs d'entrer aux États-Unis en possession d'un article immoral. La liste des choses interdites comprend notamment le matériel jugé obscène, les pilules abortives et les billets de loterie. 

Selon Richard Ouellet, professeur de droit à l'Université Laval, un citoyen canadien qui se rendrait aux États-Unis avec un billet gagnant commetrait donc en théorie une infraction fédérale. 

« On est toujours à risque quand on participer à ce genre de loterie », dit-il, avant d'ajouter que dans toute l'histoire du Powerball, cette situation ne s'est encore jamais présentée.

Selon la loterie, il y avait une chance sur 292 millions de trouver la bonne combinaison. Il s'agit du montant le plus élevé jamais attribué par une loterie dans le monde.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine