Retour

40 personnes âgées expulsées à la hâte à Vallée-Jonction

La fermeture de la seule résidence pour personnes âgées de Vallée-Jonction, en Beauce, jette une quarantaine de pensionnaires à la rue. La plupart des résidents ont pu être relocalisés, mais sept d'entre eux sont toujours à la recherche d'un toit.

Un texte de Louis Gagné

La direction des Résidences de la Vallée a informé ses pensionnaires au cours des derniers jours qu’elle mettait fin à ses activités. Les résidents qui sont toujours sur place ont jusqu’à ce vendredi 16 h pour plier bagage.

Selon la directrice générale de l’établissement, Caroline Audet, c’est la pénurie de personnel qui aurait amené le propriétaire des lieux à mettre la clé sous la porte. La résidence aurait de la difficulté à recruter des préposés aux bénéficiaires et des infirmières auxiliaires.

Mme Audet affirme que la fermeture de l’établissement, qui accueille des résidents en perte d’autonomie, est inévitable, et ce, même si le ministère de la Santé parvenait à trouver du personnel.

Le CISSS informé tardivement

Le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a seulement été informé mercredi de la fermeture imminente de la résidence.

La porte-parole de l’organisation, Mireille Gaudreau, affirme que des travailleurs sociaux ont aussitôt été dépêchés sur place afin d’accompagner les résidents et leur famille.

« Certains ont été pris en charge par leur famille, mais une majorité devront être relocalisés dans des résidences privées du secteur de La Nouvelle-Beauce […] Le tout devrait être complété dès la fin de journée de demain [vendredi] », indique Mme Gaudreau.

« Ça nous fait de la peine »

Trente-trois pensionnaires ont été relocalisés jusqu’ici, mais à l’extérieur de Vallée-Jonction. C’est le cas de Romuald Doyon, qui demeurait aux Résidences de la Vallée depuis un an.

L’homme a réussi à se « trouver une place » à Saint-Malachie, une municipalité située à une vingtaine de kilomètres de Vallée-Jonction.

« Ça nous fait de la peine, confie l’homme de 86 ans. On était bien ici. Puis déménager, ce n’est pas un fun là, mais que veux-tu? »

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n’a pas voulu commenter le dossier.

Avec la collaboration d’Alexandra Duval et Léa Beauchesne

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine