Retour

50 millions pour offrir des petits déjeuners dans les écoles en milieu défavorisé

Les écoles primaires en milieu défavorisé vont bénéficier de 50 millions de dollars additionnels sur cinq ans pour offrir des petits déjeuners aux élèves.

Le gouvernement du Québec en a fait l'annonce vendredi matin. Le nombre d'écoles primaires bénéficiant d'un programme de petits déjeuners devrait donc passer de 300 à 700 dans la province.

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, affirme que ce type d'aide n'est pas nécessaire partout, mais que dans certaines écoles, ça peut changer les choses.

« Il y a plusieurs déterminants pour la réussite d'un enfant. Le déjeuner est un de ces déterminants très importants. Comment se concentrer correctement quand on a le ventre vide? C'est la base. L'alimentation, la sécurité. Une fois que tout ça est réglé autour des enfants, habituellement, la réussite peut venir », souligne Sébastien Proulx.

Dès la prochaine rentrée

De nouvelles écoles devraient être en mesure d'offrir des petits déjeuners dès la prochaine rentrée scolaire. Plusieurs organismes dont le Club des Petits déjeuners seront en charge de distribuer les repas.

À Québec, l'école Marguerite-Bourgeoys offre le petit déjeuner à ses élèves depuis maintenant 10 ans.

Enseignante et responsable du Club des petits déjeuners à l’école Marguerite-Bourgeoys de Québec, Véronique Denis affirme que, trop souvent, les jeunes arrivent le ventre vide à l’école, ce qui a parfois des répercussions sur leur comportement.

« Il y a des enfants qui ne déjeunent pas le matin, on le sait, même que la collation ce n'est pas suffisant, pis on va leur donner de la nourriture supplémentaire et c'est encore fourni par le Club des petits déjeuners. »

Léo Petitclerc, élève de cinquième année à l’école Marguerite-Bourgeoys, apprécie l’initiative.

« C'est bon, c'est santé, et ça peut nous aider à nous concentrer, et à mieux réussir l'année. »

Les sommes seront allouées à différentes commissions scolaires. Elles seront par la suite distribuées en fonction de l'indice de pauvreté des écoles.

Avec les informations de Camille Simard

Plus d'articles