Retour

5000 opérations chirurgicales de plus pour le mégahôpital à l'Enfant-Jésus

Le nouveau complexe hospitalier qui regroupera les activités cliniques de l'Hôtel-Dieu de Québec et de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus devrait coûter un peu moins de 2 milliards de dollars et offrir au moins 5000 opérations chirurgicales par année de plus que les 2 établissements actuels.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a présenté mercredi les nouveaux paramètres du projet approuvés par le Conseil des ministres.

Les coûts du projet de mégahôpital, appelé Nouveau complexe hospitalier du CHU de Québec-Université Laval, qui sera établi sur le site de l'Enfant-Jésus, sont évalués à 1,967 milliard de dollars.

Le projet prévoit l'agrandissement de l'Enfant-Jésus, l'implantation d'un centre intégré de cancérologie et la mise à niveau des activités en sciences neurologiques. 

Des équipements à la fine pointe de la technologie, davantage de salles d'opération, de lits et de chambres privées que ce qu'offrent les établissements actuels sont aussi prévus dans le mégahôpital qui rassemblera de nombreux spécialistes.

« En somme, c'est un projet qui traite de capacité, plus de capacité, plus de qualité, plus d'efficacité pour les services offerts à la population de tout l'est du Québec », dit le ministre Barrette.

Le mégahôpital pourra entre autres offrir 4000 interventions chirurgicales d'un jour et 1000 interventions chirurgicales avec hospitalisation de plus par année que dans les 2 établissements actuels.

Livraison en 2025

L'approbation du dossier d'opportunité par le Conseil des ministres fait en sorte que le projet passe maintenant à l'étape de la planification. Selon le ministre Barrette, la construction qui doit s'amorcer en 2017 sera livrée par phases.

Les travaux pour la radio-oncologie et le centre intégré de cancérologie seront terminés en premier pour permettre d'offrir les services aux patients en 2020.

L'ensemble du projet sera finalisé en 2025.

Minimiser les risques de dépassement de coûts

La mouture finale du projet de mégahôpital dans le secteur de Limoilou, qui devait être connue en février, a tardé à être présentée.

Le ministre de la Santé explique qu'il voulait avoir l'assurance que le projet respecterait le budget maximal de 2,1 milliards de dollars.

« En février dernier, je n'avais pas suffisamment d'assurance documentaire d'évaluation qui me permettait de conclure que le risque de dépassement était suffisamment près de zéro et j'ai demandé à Mme Bourdon [PDG du CHU] et son équipe de continuer leurs travaux pour faire en sorte que le risque soit plus près de zéro possible et c'est la raison pour laquelle l'annonce est faite aujourd'hui. »

Vocation en santé à l'Hôtel-Dieu

Quant à l'édifice de l'Hôtel-Dieu dans le Vieux-Québec, sa future vocation reste encore à déterminer.

« Pour ce qui est de l'Hôtel-Dieu de Québec, on a encore beaucoup de temps pour réfléchir sur ce que l'on va faire. Je le répète, la mission de l'Hôtel-Dieu de Québec sera significativement en santé. Ce ne sera pas un hôpital à proprement parler. »

Le ministre Barrette réitère ainsi que les soins hospitaliers ne seront pas maintenus à l'Hôtel-Dieu de Québec lorsque le déménagement sera terminé vers le mégahôpital sur le site de l'Enfant-Jésus.

Notes négatives

La députée péquiste de Taschereau, Agnès Maltais, croit quant à elle que l'annonce du mégahôpital n'a rien de nouveau et que le ministre Barrette utilise chaque nouvelle étape de réalisation du projet pour se faire de la publicité. Elle déplore par ailleurs le manque de vision claire pour l'avenir de l'Hôtel-Dieu de Québec.

« Que les gens du centre-ville ne perdent pas de services minimaux, les services d'accès avec une espèce de clinique à l'Hôtel-Dieu ou des services à l'Hôtel-Dieu, ils semblent reculer. La véritable annonce aujourd'hui, c'est le silence sur ce dossier-là. »

Le comité des citoyens du Vieux-Québec souhaiterait aussi une vision plus claire pour l'avenir de l'Hôtel-Dieu. « Ça ne veut rien dire une vocation de santé. Il faut être sérieux, il faut avoir une vision globale, dit Jean Rousseau. C'est un édifice majeur. »

M. Rousseau rappelle que des investissements continuent à se faire dans des équipements et la rénovation de l'Hôtel-Dieu et estime que les équipements fonctionnels qui existent déjà devraient pouvoir être encore utilisés.

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine