Retour

7 ans de pénitencier pour une agression à coups de marteau

Un homme de Lévis, Philippe Bernard, écope de 7 ans de pénitencier après avoir plaidé coupable à des accusations réduites de voies de fait grave.

L'homme, aujourd'hui âgé de 38 ans, avait tout d'abord été accusé de tentative de meurtre. Philippe Bernard avait attaqué son ex-conjointe à coups de marteau, en 2014. Le couple était séparé lorsque l'agression est survenue.

Lors du prononcé de la peine lundi, au palais de justice de Québec, le juge Christian Boulet a souligné la gravité de l'agression, en affirmant que « la victime, pour elle, a été victime d'un homicide raté »

Philippe Bernard a écouté la déclaration de la victime sur les impacts de l'agression. Il s'est dit désolé des gestes posés. « Ce sont des gestes impardonnables et inacceptables », a-t-il déclaré, la voix cassée.

Dans une déclaration lue par l'avocate de la Couronne, Me Nathalie Leroux, avant le prononcé de la peine, la victime a fait savoir que l'agression avait bouleversé sa vie. « Il n'a pas réussi à me tuer, ce jour-là, mais je suis morte pareil », a-t-elle affirmé.

L'ex-conjointe de Philippe Bernard, qui était présente en cour, a essuyé ses larmes durant la lecture de sa déclaration.

« Pour moi, c'était une certitude, j'étais à l'abattoir », a-t-elle affirmé dans sa déclaration.

 L'ex-conjointe affirme également avoir fait des crises d'angoisses et avoir été hospitalisée dans une aile psychiatrique. Elle a également connu des problèmes de consommation de drogue et d'alcool, et a dû quitter son emploi en raison des nombreux suivis physiques et psychologiques pour elle et les filles du couple.

Selon la dame, les enfants aujourd'hui âgées de 4, 9 et 13 ans, ont également subi des conséquences des événements.

La Couronne et la défense ont proposé de manière commune une peine de 7 ans de pénitencier pour les chefs d'accusation retenus contre Philippe Bernard.

Le juge Boulet affirme que la proposition commune est acceptable, en raison notamment de facteurs atténuants, dont le fait que l'accusé a plaidé coupable et qu'il n'a en aucun moment forcé la tenue de procédures judiciaires durant lesquelles la victime aurait eu à témoigner.

Philippe Bernard était aussi accusé d'entrave puisqu'il aurait tenté de convaincre son ex-conjointe de retirer sa plainte. Il s'était engagé à ne pas importuner son ex-conjointe pendant le processus judiciaire. Cette accusation a été retirée.

Puisque le tribunal reconnaît à Philippe Bernard 36 mois de détention pour sa détention préventive, il lui restera 4 ans à purger. Philippe Bernard est détenu au pénitencier d'Orsainville.

D'après les informations de Aude Brassard-Hallé

Plus d'articles