Retour

7 ans de prison pour le chauffard Ovalle Leon

Le travailleur guatémaltèque Pedro-Antonio Ovalle Leon écope de sept ans de prison pour avoir causé la mort de deux jeunes Beaucerons, en 2015, à Scott.

La peine qu'il a reçue lundi au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce comprend aussi une interdiction de conduire un véhicule pendant sept ans à partir de sa libération.

En août 2015, Ovalle Leon conduisait à haute vitesse et était intoxiqué lorsqu’il a percuté une voiture avec quatre passagers à bord. Deux d'entre eux, âgés de 19 ans, sont morts et les deux autres ont été gravement blessés.

Certains proches des victimes se sont montrés insatisfaits de la peine accordée à Ovalle Leon. À sa sortie du palais de justice, le père d'une des victimes a dit que tout le processus judiciaire avait été « angoissant ».

Ça m'a détruit plus que d'autre chose.

Martin Bolduc, père de Dereck Bolduc Coulombe, qui a perdu la vie dans l'accident

Depuis la mort de son fils Dereck, il dit ne plus être capable de dormir; il revoit constamment l'image de son fils inanimé.

« Je me lève la nuit et je le vois encore sur la civière. Je vais le voir toute ma vie comme ça. Depuis qu'il est mort, je ne dors quasiment plus la nuit. Je me réveille toujours, Toujours les même heures. »

Des facteurs atténuants

Dans son prononcé de la peine, la juge a expliqué qu'il y avait certains facteurs atténuants dans le cas d'Ovalle Leon, comme le fait que l'accusé avait plaidé coupable à 14 des 18 chefs d'accusation qui pesaient contre lui et qu'il avait exprimé des remords.

Son avocat avait déjà tenté de faire valoir que son client était isolé culturellement en raison de son statut de travailleur étranger et qu'il n'était peut-être pas conscient des lois régissant la conduite automobile au Québec.

La juge a cependant rejeté cet argument du revers de la main. Au moment de l'accident, en août 2015, Ovalle Leon circulait à 130 km/h dans une zone de 50 km/h. Il avait deux fois la limite d'alcool permise dans le sang et il avait des comprimés de métamphétamine dans ses poches.

Détention préventive

Comme Ovalle Leon était derrière les barreaux depuis son arrestation et que ce temps de détention préventive compte double, il ne lui reste que 44 mois à purger, environ.

Or, en raison de son statut de travailleur étranger, sa libération conditionnelle risque d'être plus difficile à obtenir.

Plus d'articles