La Journée internationale des femmes est une occasion de se remémorer l'apport de grandes femmes qui ont marqué l'histoire. Diverses statues érigées à travers la ville de Québec le font chaque jour, mais elles passent souvent inaperçues aux yeux habitués des passants. Attardons-nous un instant sur huit d'entre elles.

Monument Alphonse-et-Dorimène-Desjardins

Ce monument rend hommage à la cofondatrice des caisses populaires en 1900, Dorimène Desjardins (1858-1932), épouse d'Alphonse. La reconnaissance du rôle de Dorimène dans l'histoire de l'institution est récente. Elle a été mise en lumière par des recherches universitaires menées dans les années 90. Plusieurs succursales des Caisses populaires ont été fondées et tenues par des femmes dans des maisons privées. Le monument est une réplique de l'œuvre Au seuil d'un siècle, érigée à Lévis en 2000 pour marquer le centenaire du Mouvement Desjardins.

Créé par Pascale Archambault, le monument Alphonse-et-Dorimène-Desjardins a été érigé en 2000 au 1100 boulevard René-Lévesque Est.

Monument Marie de l'Incarnation

Marie de l'Incarnation, née Marie Guyart (1599-1672), a fondé le couvent des Ursulines de Québec en 1639. Le monument en son honneur représente Marie de l'Incarnation placée entre deux écolières, l'une canadienne, l'autre amérindienne. De part et d'autre des personnages, on aperçoit le voilier le Saint-Joseph et le premier couvent, incendié en 1650. 

Le monument Marie de l'Incarnation de l'artiste Émile Brunet a été érigé en 1942, rue Donnacona.

Monument Mère Mallet

Mère Marcelle Mallet (1805-1871) est la fondatrice de la congrégation des Soeurs de la Charité à Québec. Dans l'œuvre du sculpteur Jules Lasalle, elle est accompagnée d'une femme âgée et malade ainsi que de deux enfants. Derrière les personnages, des stèles évoquent les grandes orientations de la congrégation établie à Québec depuis 1849 : l'enseignement et l'aide aux démunis. 

Le monument Mère Mallet de l'artiste Jules Lasalle été érigé en 2015 à l'intersection du boulevard Honoré-Mercier et de la côte d'Abraham.

Monument Marie-Catherine de Saint-Augustin

Catherine de Saint-Augustin n'a que 16 ans lorsqu'elle quitte la France pour Québec en 1648. Elle se joint aux Augustines de l'Hôtel-Dieu, où elle veille aux soins des pauvres et des malades. La sculpture en bronze de Jules Lasalle la représente adossée à un pilier du monastère de Bayeux, en Normandie, à la veille de son départ pour la Nouvelle-France. 

Le monument Marie-Catherine de Saint-Augustin de l'artiste Jules Lasalle a été érigé en 1991, au 32 rue Charlevoix.

Monument en hommage aux femmes en politique

Cet ensemble sculptural rappelle le combat des femmes pour obtenir le droit de vote et celui de participer à la vie politique. Trois militantes de la première heure, Idola Saint-Jean, Marie-Lacoste Gérin-Lajoie et Thèrèse Forget-Casgrain, ont ouvert la voie à la première députée au Parlement, Marie-Claire Kirkland. C'est cette passation qui est évoquée par la sculpture.

Le Monument hommage aux femmes en politique de l'artiste Jules Lasalle est situé dans les Jardins du Parlement depuis 2012.

Idola Saint-Jean (1880-1945)

Idola Saint-Jean a fondé l'Alliance canadienne pour le vote des femmes et a été la première candidate à une élection fédérale, en1930.

Marie Gérin-Lajoie (née Lacoste, 1867-1945)

Juriste et pionnière du mouvement féministe au Québec, elle fonde en 1907 la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste. Marie Gérin-Lajoie a œuvré toute sa carrière à ce que les femmes comprennent le régime juridique qui gouverne leur vie en tant qu'épouses, mères et travailleuses.

Thérèse Casgrain (née Forget, 1896-1981)

Réformatrice, féministe et politicienne, Thérèse Casgrain devient la première femme élue à la tête d'un parti politique au Canada. Elle a consacré sa vie à lutter contre les inégalités économiques, sociales et politiques des femmes.

Claire Kirkland-Casgrain (1924 - )

Avocate de formation, Claire Kirkland-Casgrain devient la première députée québécoise élue à l'Assemblée nationale du Québec lors de l'élection complémentaire du 14 décembre 1961. Son legs politique le plus marquant est le projet de loi 16, adopté en 1964, qui mettait fin à l'incapacité juridique des femmes mariées.

Plus d'articles

Commentaires