Retour

87 M$ pour le transport en commun et l'interconnexion à Lévis

La Ville de Lévis obtient l'argent qu'elle demandait pour développer son transport en collectif. Une aide qui a même été bonifiée par le gouvernement afin de permettre à la Ville d'intégrer l'interconnexion entre les deux rives dans son projet.

Un texte de Marie-Maude Pontbriand

La Société de transport de Lévis (STL) recevra donc près de 80 millions de dollars sur quatre ans pour implanter des voies réservées sur le boulevard Guillaume-Couture. À ce montant s'ajoutent près de 8 millions qui seront d'abord versés pour permettre de réaliser les études nécessaires.

L'annonce a été faite vendredi matin en présence du président du Conseil du Trésor, Pierre Arcand, et de la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, s'attendait à ce que le gouvernement lui annonce le financement pour aller de l'avant avec les études. Il se réjouit donc d'apprendre que son projet de transport en commun passe à l'étape planification et se voit réserver un 79 millions de dollars dans le Plan québécois des infrastructures 2018-2028 qui sera déposé lors du budget provincial mardi.

« La belle surprise pour nous aujourd'hui, c'est qu'on passe maintenant en mode planification », s'est-il exclamé en conférence de presse.

Voies réservées

L'argent servira à l'aménagement de voies réservées sur Guillaume-Couture. Le projet sur la route 116 n'est pas inclus dans le 80 millions, car il s’agit d’un projet à part sur lequel le gouvernement travaille en parallèle puisqu'il s'agit d'une route provinciale.

Le maire compte s'attaquer d'abord aux endroits les plus congestionnés sur le boulevard Guillaume-Couture. Ce qui signifie une voie réservée dans l'est entre Monseigneur-Bourget et Kennedy, peut-être même Charles-Rodrigue et dans l'ouest de la ville, de la rue Mercure jusqu'à la tête des ponts.

Le scénario privilégié est celui d'aménager une voie au centre, mais les études auront le dernier mot.

Le fédéral interpelé

Un projet comme celui-là nécessite une participation du fédéral, a affirmé le président du Conseil du Trésor, Pierre Arcand. Il affirme que les discussions sont entamées et qu'elles se poursuivront dans les prochains mois, mais refuse de chiffrer sa demande pour l'instant.

Avec ou sans contribution fédérale, le ministre affirme que le projet de Lévis ira de l'avant. La contribution financière de la Ville pourrait alors être sollicitée.

Interconnexion

Des 8 millions annoncés pour réaliser les études, un montant de 4,4 millions de dollars est réservé à l'interconnexion entre les deux rives.

Le gouvernement provincial répond ainsi positivement à la demande du maire Lehouillier de se voir confier le dossier de la connexion en Lévis et Québec. Gilles Lehouillier tend maintenant la main au maire de Québec afin de s'assurer une bonne collaboration. Ce à quoi le maire de Québec, Régis Labeaume, répond que « les deux sociétés de transport parleront ensemble ».

Le maire Gilles Lehouillier avait réagi avec frustration dans la semaine dernière au projet de transport structurant à Québec en faisant valoir que son projet déposé au ministère des Transports en juin 2017 n'avait quant à lui pas reçu d'engagement concret.

Le projet de transport collectif de Lévis, déposé en juin dernier après avoir abandonné le projet de Service rapide par bus de Québec, comprend l'aménagement de voies réservées sur sept kilomètres, dont trois sont déjà construites, mais non conformes, car aménagées sur l'accotement.

Plus d'articles