Retour

Accident mortel à Scott : Ovalle Leon plaidera coupable

Pedro-Antonio Ovalle Leon a plaidé coupable lundi matin, au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce, à 14 des 18 accusations qui pesaient contre lui pour la mort de deux jeunes beaucerons, l'été dernier.

Le travailleur saisonnier guatémaltèque a notamment reconnu sa culpabilité sur les chefs d'accusation de conduite avec les facultés affaiblies causant la mort, de conduite dangereuse, de possession de méthamphétamines et d'avoir conduit un véhicule qui n'était pas le sien. Des accusations de négligence criminelle ont été abandonnées.

Le regard cloué au sol, Pedro-Antonio Ovalle Leon a semblé émotif au moment de plaider coupable. Le soir du drame, le 22 août 2015, Ovalle Leon circulait à haute vitesse au volant d'une camionnette sur la route 171 à Scott, en Beauce, quand il a dévié de sa voie et percuté la voiture dans laquelle se trouvaient quatre jeunes.

Dereck Bolduc-Coulombe et Louis-David Fournier sont morts dans l'accident. Deux autres jeunes dans la vingtaine, Mélinda Guay-Dionne et Gabriel Langlois, ont été grièvement blessés.

Vitesse et alcool dans le sang

La Couronne a précisé, lundi matin, qu'Ovalle Leon présentait un taux d'alcool dans le sang près de deux fois supérieur à la limite permise. Le travailleur circulait aussi à 130 km/h dans une zone de 50 km/h au moment de l'impact.

Des témoins ont rapporté qu'Ovalle Leon avait procédé à des manoeuvres dangereuses avant que l'accident ne se produise.

« L'enquête policière permet de démontrer que dans les minutes et les instants avant la collision, il y a eu un impact qui a été évité de par la vigilance du conducteur, et qu'il y a également eu une conduite à haute vitesse en sens inverse », a précisé l'avocate de la Couronne, Me Audrey Roy-Cloutier.

La défense et la Couronne n'ont pas convenu d'une peine commune. Les avocats formuleront leurs recommandations à une date ultérieure qui sera fixée le 28 septembre. La confection d'un rapport présentenciel a été demandée par la défense.

Un procès évité

Plusieurs proches des victimes se trouvaient dans la salle d'audience lorsque l'accusé a plaidé coupable, dont la mère de Dereck Bolduc-Coulombe, l'un des jeunes qui a péri dans l'accident. Vicky Coulombe s'est dite soulagée de ne pas avoir à réentendre les témoignages puisqu'un procès est évité.

« C'est sûr que réécouter ce qui s'est passé ça fait toujours mal. C'est pour les jeunes aussi, je pense à Gabriel et Mélinda, ce sont des jeunes qui commencent dans la vie et je trouve que c'est déjà très difficile ce qui leur est arrivé. »

Les survivants de l'accident, Gabriel Langlois et Mélinda Guay-Dionne assistent en effet aux procédures judiciaires depuis le début. Le jeune homme, qui vit encore avec les conséquences des multiples fractures qu'il a subies, a souligné qu'un pardon serait difficile à accorder dans les circonstances.

Le procès, qui avait commencé en juin avec l'audition d'une requête de la défense pour faire invalider notamment des échantillons sanguins, devait reprendre avec la preuve de la poursuite.

L'avocate de l'accusé, Me Marie-Michelle Longchamps, a toutefois fait savoir en matinée que son client allait plaider coupable, mettant ainsi fin au procès.

D'après les informations recueillies par Marc-Antoine Lavoie

Plus d'articles

Commentaires