Retour

Accueil des réfugiés : la Ville de Québec en accord avec le plan de la province

La conseillère Chantal Gilbert estime que le plan d'accueil de la province pour les réfugiés syriens correspond aux capacités de la ville de Québec.

La responsable du dossier à la Ville de Québec a participé hier à la rencontre entre les villes et le ministre québécois par intérim de la Sécurité publique, Pierre Moreau, qui a exposé les détails du plan d'accueil du Québec. L'arrivée au Canada, la répartition dans les villes et la sécurité ont été abordées.

Le nombre de réfugiés, fixé à 800 à Québec, sera respecté, dit la conseillère. Elle souligne par ailleurs que la Ville est déjà prête depuis deux mois à les accueillir.

« On a assis autour d'une même table toutes les personnes sur le terrain qui ont l'habitude de faire ce travail-là parce que vous savez qu'on en accueille chaque année, ce n'est pas nouveau pour la ville de Québec de recevoir ces réfugiés-là avec des organismes comme le Centre multiethnique. C'est un travail qui est un peu routinier. »

Pas avant plusieurs mois

La conseillère mentionne toutefois que selon le plan de la province, il s'écoulera encore quelques mois avant que les villes prennent en charge les réfugiés. Ces derniers, qui arriveront par avion à Montréal, feront un bref passage à Saint-Laurent avant d'être installés dans différentes bases militaires, dont celle de Valcartier. Ce passage pourrait durer de trois à six mois.

« Je pense que toutes les villes au Québec ont le temps vraiment de respirer, même si ce que j'ai entendu hier c'est que toutes les villes sont prêtes et il y a beaucoup de générosité dans l'air », dit Chantal Gilbert.

La prise en charge des réfugiés se fera par ailleurs à coûts nuls pour la Ville de Québec, dit la conseillère.

« Nous avons été très clairs avec le gouvernement, à avoir le soutien du gouvernement au niveau de l'éducation, des volets de francisation, la clinique des réfugiés, le ministère de la Santé, et on nous a donné l'assurance qu'il serait au rendez-vous. »

Sécurité 

En ce qui a trait à la sécurité qui fait l'objet de préoccupations au sein de la population, Chantale Gilbert se fait rassurante. Toutes les mesures de vérifications sont faites à plusieurs étapes depuis les camps de réfugiés en Irak, Syrie et Jordanie et se poursuivront sur les bases militaires.

Selon elle, il appartient aux villes de mieux communiquer avec les citoyens et d'apaiser les craintes dans le dossier. « Il faut rappeler aux gens que les réfugiés qui fuient ces lieux, c'est des gens qui fuient les mêmes horreurs que ce qu'on a vu se passer à Paris, alors il faut juste se rappeler que ces gens-là font partie des victimes. »

Mardi, le gouvernement fédéral dévoilera à son tour les détails de plan d'accueil des réfugiés syriens au Canada. Selon les informations obtenues par CBC, le plan d'accueil de 25 000 réfugiés syriens au Canada se limitera aux femmes, aux enfants et aux familles.

Plus d'articles

Commentaires