Retour

Adolescent mort happé à Val-Bélair : le feu pour piétons n'aurait pas été activé

Un adolescent de 15 ans qui a été happé par une voiture jeudi soir dans le secteur de Val-Bélair à Québec, est décédé vendredi matin. Selon les informations de la police, le jeune homme et son ami qui l'accompagnait n'auraient pas utilisé le feu pour piétons.

L’accident est survenu vers 19 h jeudi soir sur l’autoroute Henri-IV, à la hauteur de l’avenue Industrielle. La victime était accompagnée d’un ami lorsque les deux jeunes ont décidé de traverser l’autoroute Henri-IV. L’ami a réussi à traverser la voie avant que son camarade se fasse happer par une voiture.

L'intersection où s'est produit le drame est munie de feux de circulation ainsi que d’un passage piétonnier. Or, « selon les premières constatations, les témoignages recueillis, il appert que les adolescents n'auraient pas utilisé les feux de circulation pour piétons », indique Hélène Nepton, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Bien qu'il s'agit de l'hypothèse privilégiée, l'enquête policière se poursuit, précise Mme Nepton. Une expertise mécanique sera notamment réalisée sur la voiture impliquée.

Jeudi soir, le travail des enquêteurs dans ce secteur a nécessité la femeture temporaire de l'avenue Industrielle dans les deux directions.

Un jeune homme joyeux et serviable

Le jeune homme fréquentait l'école secondaire La Camaradière, à Québec. Une équipe de psychologues et de travailleurs sociaux a été déployée vendredi matin pour soutenir les élèves qui doivent faire leur deuil.

Selon des adolescents rencontrés, plusieurs jeunes pleuraient lorsqu'ils ont appris la nouvelle. Ils auraient décoré le casier de la victime avec des photos et des messages.

« C'était un garçon pas rancunier, qui était toujours prêt à aider les autres, sans vouloir recevoir. Il était très gentil, dynamique, drôle, toujours prêt à faire des blagues », raconte un jeune homme qui se décrit comme un très bon ami de l'adolescent qui a perdu la vie.

Je crois qu'à 15 ans, ce n'était pas l'âge pour mourir.

Un ami de la victime

Une autre de ses camarades le définit comme un jeune homme ricaneur qui était toujours présent pour ses amis.

« Il y a sûrement du monde qui vont se rejoindre chez lui et à la Maison des jeunes. Ils vont faire des pancartes et toutes sortes de choses. Ils ont prévu d'allumer des bougies », dit-elle.

De l'aide psychologique a aussi été rendue disponible à l'école secondaire l'Odyssée, puisque la victime avait des amis qui fréquentent cet établissement.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine