Retour

Agrile du frêne : la Ville de Québec en mode prévention

La Ville de Québec met en branle son plan d'action pour contrer l'agrile du frêne, l'insecte ravageur qui gagne du terrain au Canada et au Québec.

Des pièges sont installés ces jours-ci dans les arbres pour détecter de manière précoce la présence de l’insecte.

Déjà présent à Montréal depuis 2011, l’agrile pourrait être à nos portes, souligne Marie-Josée Coupal, conseillère en environnement à la ville de Québec.

« L’agrile ne cesse de gagner du terrain, il est rendu sur la rive nord, sur la rive sud, il a été détecté à Berthierville, à Joliette le plus près de Québec. »

Le plan 2017-2018 qui sera lancé officiellement jeudi pour prévenir l’infestation sur le territoire urbain prévoit notamment une campagne d’information citoyenne.

La Ville veut éviter que des citoyens introduisent l’agrile en transportant à Québec du bois de chauffage provenant de régions infestées.

Mme Coupal rappelle qu’une fois infestés, les frênes sont rapidement voués à la mort.

« La larve se développe sous l’écorce et vient entraver complètement la circulation de la sève. Ça entraîne la mort de l’arbre dans un délai de 1 an à 4 ans généralement. »

Une tournée d’inspection des pièges sera menée en juillet et en août.

L’abattage préventif des arbres et le remplacement de frênes par d’autres essences fait aussi partie des actions prévues par la Ville.

Jusqu’à maintenant, plus de 100 millions de frênes ont été décimés aux États-Unis et au Canada en raison de l’agrile. Québec compte environ 13 000 frênes sur son territoire, notamment dans Limoilou et les secteurs plus boisés.

Plus d'articles

Commentaires