Retour

Alcool au volant : le conjoint d'une victime livre un témoignage émouvant

Les représentations sur la peine de Gimi Pelletier qui a tué une connaissance alors qu'il conduisait avec les facultés affaiblies ont laissé place à des témoignages émouvants, au palais de justice de Montmagny.

Un texte de Yannick Bergeron

Le conjoint de Nika Morin, la dame qui a été happée mortellement le long de la rue principale à Saint-Pamphile, en août dernier, a raconté comment l'événement a bouleversé sa vie et celle des deux enfants du couple.

En plus des séquelles psychologiques subies, Jérôme Pelletier a perdu une vingtaine de livres. Ses enfants de 14 et 16 ans éprouvent beaucoup de la difficulté à vivre avec cette séparation soudaine.

« C'est une erreur qu'il a faite Gimi, qu'il paye pour », a exprimé le conjoint de la victime tout en se demandant comment arrêter le fléau de l'alcool au volant.

« Tout le monde, on a notre effort à faire pour que ça change », a-t-il souhaité. Tout au long de son témoignage, Jérôme Pelletier utilise le prénom de celui qui a tué la femme qui a partagé sa vie pendant près de 20 ans.

Contexte particulier

Le contexte est particulier puisque le chauffard et la victime proviennent tous les deux du petit village de Sainte-Perpétue.

Il y a quelques semaines, la famille de la Nika Morin s'est même retrouvée dans un souper avec les enfants de l'accusé. « J'essaie de rendre ça le plus normal [pour les enfants], même si ce ne l'est pas vraiment », a soutenu Jérôme Pelletier.

Le jour du drame, Nika Morin prenait une marche avec amie, Maryse Moreau, qui l'avait convaincue de se mettre à cette activité. C'était leur troisième marche ensemble. Mme Moreau a témoigné de la culpabilité qui l'accable depuis ce temps : « C'est comme moi qui lui ai offert d'aller marcher », a-t-elle témoigné.

« C'est lourd à porter »

D'une voix faible, Gimi Pelletier a pris la parole devant le juge Sébastien Proulx.

« C'est lourd à porter », a fait savoir l'homme de 45 ans qui avait un antécédent de conduite avec les facultés affaiblies qui remonte à 1993.

Le père de deux enfants, presque du même âge de ceux de la victime, s'est adressé à la famille de celle-ci. « Je suis vraiment désolé, je sais que c'est impardonnable ce que j'ai fait », a-t-il dit en espérant quand même que la famille de Nika lui accordera un jour son pardon.

Gimi Pelletier a perdu son père deux mois avant le drame. Il a expliqué qu'il avait du mal à gérer ses émotions à ce moment de sa vie.

Il entend profiter de sa peine de détention pour suivre des programmes afin de l'aider à contrôler sa consommation d'alcool. Une année avant le drame, l'homme avait été suspendu de son travail pour s'être présenté sous l'influence de l'alcool à l'usine.

Peine de 7 ans suggérée

La Couronne a suggéré une peine de 7 ans de prison pour Gimi Pelletier de même qu'une interdiction de conduire pendant 10 ans.

De son côté, la défense propose 3 ans et demi d'emprisonnement et qualifie la suggestion de la poursuite sur l'interdiction de conduire de « nettement exagérée. »

La décision sur la peine sera rendue le 23 novembre au palais de justice de Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine