Retour

Allégations de harcèlement : les élus libéraux derrière Éric Tétrault

Les ministres libéraux refusent de jeter la pierre au candidat de leur parti dans Louis-Hébert, Éric Tétrault, et ce, même s'il a fait l'objet de multiples plaintes pour harcèlement psychologique et intimidation lorsqu'il était cadre chez ArcelorMittal.

Un texte de Louis Gagné

« Il a dit qu’il s’excusait pour ce qu’il avait fait, qu’il reconnaît ses torts. Alors, je pense qu’un moment donné, dans la vie, il faut laisser la chance au coureur. Il n’y a personne qui est parfait », a réagi la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre.

Elle croit que les électeurs de la circonscription de Louis-Hébert sauront faire la part des choses lorsqu’ils se rendront aux urnes, le 2 octobre prochain, pour élire un successeur à l’ex-député et ministre Sam Hamad.

« Ça va me faire plaisir de faire campagne avec lui. Je le connais personnellement et c’est peut-être [pour ça] que je sais qu’il est capable de reconnaître ses torts et qu’il est capable d’être un excellent candidat », a soutenu la ministre.

« Ancienne vie »

Sa collègue Francine Charbonneau a abondé dans le même sens. Elle a fait valoir que tous les politiciens ont posé des gestes qu’ils regrettent dans leur « ancienne vie ».

« Maintenant, on apprend de ces choses-là et je pense qu’il ne faut pas lapider sur la place publique pour le plaisir de trouver une faute », a dit la ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l'intimidation.

De son côté, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, qui avait approché Éric Tétrault l’été dernier pour lui offrir d’être candidat pour son parti, a affirmé qu’il ignorait tout des allégations pesant contre le candidat libéral.

« Je n’étais pas au courant ni des accusations de harcèlement ni de sa présence avec Nathalie Normandeau dans la loge pour le spectacle de Céline Dion. Ça, je ne le savais pas, on n'était pas à l'étape de faire des vérifications sur ses antécédents [quand je l’ai rencontré] », s’est défendu M. Legault.

Travail « bâclé »

La formation Québec solidaire exige pour sa part que le premier ministre et chef du Parti libéral, Philippe Couillard, retire la candidature d’Éric Tétrault. Selon la porte-parole Manon Massé, cette controverse démontre que les libéraux ont soit « bâclé » leur travail d'enquête sur leur candidat, ou soit pris à la légère les allégations le concernant.

« Devenir député, c’est un privilège qui vient avec de grandes responsabilités. Une personne qui se porte candidate devrait être au-dessus de tels soupçons. Trop de scandales ont entaché la classe politique dans les dernières années et les libéraux y ont largement contribué », a déclaré l’élue de Sainte-Marie-Saint-Jacques dans un communiqué.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine